Chaplin dans l’œil des avant-gardes : quand Charlot influençait les artistes de son temps

Jusqu'au 19 février, le Musée d'arts de Nantes consacre une exposition à l'influence que Charlie Chaplin a eu sur les artistes de son temps, de Léger à Chagall, de Calder à Magritte.

L\'affiche de l\'exposition
L'affiche de l'exposition (Musée d'art de Nantes)

En 1914, Charlie Chaplin inventait un personnage de vagabond poètique, un chemineau mal attiffé, vêtu d'une redingote trop petite, d'un pantalon trop court, coiffé d'un chapeau-melon, et affublé d'une canne flexible. Cette silhouette devenue reconnaissable entre toutes est celle de the Tramp, son seul nom en anglais. En France et dans quelques autres pays, il fut surnommé Charlot. Et, longtemps, la confusion exista entre le personnage et son inventeur, son interprète. On disait alors qu'on allait voir un "film de Charlot".

Le personnage était universel. Il amusait les enfants, incitait les grands à voir l'humanité de ce pauvre hère et inspirait les artistes. C'est le sens de l'exposition que propose jusqu'au 19 février 2020 le Musée d'arts de Nantes. Sous le titre Charlie Chaplin dans l'oeil des avant-gardes, quelque deux-cents oeuvres signées des plus grands du début du XXe siècle renvoient comme un reflet déformé des films de Chaplin.

L'idée de ce rapprochement étonnant est venue à la conservatrice du patrimoine du musée d'art de Nantes, Catherine Lebossé lors d'une précédente exposition consacrée à Fernand Léger. C'était en 2014. Deux ans de travail ont alors été nécessaires pour réunir tableaux, affiches et sculptures signées des plus grands comme Fernand Léger, Marc Chagall, Alexandre Calder ou René Magritte. Elles proviennent de dix pays différents et appartiennent à quarante-quatre collectionneurs ou institutions.

Charlie Chaplin dans l'oeil des avants-gardes 
jusqu'au 3 février 2020 au Musée d'arts de Nantes

Galaxie Chaplin
jusqu'au 19 novembre à Nantes au Cinématographe