"Artobus": à Villefranche-sur-Saône, les œuvres du musée Paul-Dini vont à la rencontre des habitants

C'est une idée originale du musée municipal Paul-Dini de Villefranche-sur-Saône.  Son "Artobus" fait voyager des oeuvres en plein air dans les quartiers de la ville. L'objectif est de les faire découvrir à des publics qui n'ont pas l'habitude d'aller au musée.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Des habitants de Villefranche-sur-Saône admirent les oeuvres de l'artothèque du musée Paul Dini.  (France 3 Rhône-Alpes)

Avec "l’Artobus", les œuvres d’art vont prendre l’air. Ce dispositif mis en place par le musée Paul-Dini de Villefranche-sur-Saône, dans le Rhône, permet à l'art d’aller à la rencontre du public en créant un petit musée d’extérieur. Pendant tout le mois de juin, les oeuvres voyagent, le temps d'un après-midi, dans différentes parties de la ville. Vendredi 18 juin, des sérigraphies et lithographies originales issues de l'artothèque du musée étaient présentées sur une place du quartier de Béligny, devant l'école Ferdinand Buisson. L'objectif : désacraliser l'art en le rendant accessible à tous, et ainsi inciter les habitants à pousser la porte du musée.

Musée Paul-Dini, Artobus

"D’habitude, elles [les oeuvres] sont chez les particuliers, dans les entreprises ou les associations. C’est la première fois qu’on les sort en extérieur", avance Marie Demière, responsable artothèque. Le service d’artothèque du musée permet  d’emprunter des œuvres d’art, comme une bibliothèque pour des livres. Ce dispositif a pour but de démocratiser et de sensibiliser à l’art.

"Le musée est un patrimoine commun"

L’Artobus veut aller plus loin, en attirant l’œil des passants sur le chemin de leur quotidien. "C’est populaire, ce genre d’action attire les familles, les jeunes, les vieux, tout le monde !", témoigne un passant venu admirer l'exposition itinérante. Et pour rendre l'expérience plus interactive, des questions ont été écrites à côté des œuvres. Les textes sont traduits en turc, arabe, et en anglais pour les rendre accessibles à tous dans ce lieu aux identités plurielles. "On a essayé de faire des cartels en plusieurs langues", explique Irene Magni, responsable du service des publics. "Il y aura de petites fautes", s’excuse-t-elle en souriant. "Mais on a fait des efforts !"

"La mixité culturelle, c’est quelque chose que l’on recherche, c’est notre richesse, notre force", plaide Irene Magni. "Dans ces quartiers, on est au centre du sujet. C’est ce qu’on cherche : les inviter car le musée est un patrimoine commun en France, ouvert à tous". Ce moment d'échange est aussi l’occasion d’informer le public sur les rendez-vous du musée et sur son accessibilité, avec par exemple la gratuité pour tous les premiers dimanches du mois.

Prochain rendez-vous le 25 juin

À la sortie de la classe, les enfants de l'école Ferdinand Buisson affluent pour profiter de cette petite exposition. "C’est bien de venir vers notre école, parce qu’on n’a pas ça tous les jours !", s’exclame une écolière. Les équipes du musée comptent sur ces jeunes pour partager leur découverte avec leurs camarades ou leurs parents. Et pourquoi pas venir prochainement visiter le musée.

Après cette après-midi de rencontre, les tableaux de l'artothèque continueront leur voyage dans un autre quartier. Prochain rendez-vous du mois de juin pour les habitants de Villefranche-sur-Saône : le vendredi 25 de 16h à 18h, près du stade situé avenue Laurent Bonnevay.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers En régions

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.