À Lyon, Bertrand Belin et La Féline sur la scène de l'Opéra pour lancer leur carte blanche

Les deux artistes prennent possession du lieu dans le cadre de l'opération "Opéra Underground" jusqu'au 21 novembre 2021 avec une programmation éclectique aux couleurs du monde. 

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Bertrand Belin et La Féline en Carte blanche pour l'opération "Opéra Undergound" de Lyon  (Opéra Underground / Opéra de Lyon)

Jusqu'au 21 novembre 2021, Bertrand Belin et La Féline investissent l’Opéra de Lyon pour construire ensemble dix jours de programmation dans le cadre de "Opéra Underground", manifestation en marge des rendez-vous classiques de l'institution. 

Amateur d'expériences musicales en tous genres et de diversité, Richard Robert, le directeur artistique de l'événement a choisi de donner carte blanche aux deux artistes issus de la pop. Une jolie façon de faire bouger l'institution. Les réjouissances ont débuté ce samedi 13 novembre devant une salle pleine, avec deux concerts diamétralement opposés qui ont fait vibrer le public.

Enigmatique et poétique Bertrand Belin 

Lorsqu'il arrive sur scène, vêtu d'un costume noir et simplement accompagné de sa guitare sèche, Bertrand Belin mesure la grandeur du lieu et de l'événement. "Nous voici donc à 'Loupéra'", annonce-t-il calmement de sa voix chaude en balayant du regard l'orchestre jusqu'au troisième balcon. La grande salle, rien que ça, pour inaugurer une carte blanche inédite. "J'ai envie de me tenir ici tout seul, tout en bas, pour chanter du fond de cette grande gueule formidable qui ressemble à l'enfer et au paradis", avait-il dit en toute simplicité lors d'une visite à l'Opéra de Lyon. Le voici donc, face à nous, public attentif et impatient de partager ce moment rare. Car avec Bertrand Belin, les choses paraissent simples et pourtant tout est parfaitement composé. Comme certaines chansons de son répertoire. Il s'en amuse d'ailleurs lui-même. "Parfois, on n'a rien à dire, alors on regarde par la fenêtre, le temps n'est ni beau, ni moche, il fait gris, mais il n'y a même pas d'orage. Et puis on regarde en bas et on aperçoit une silhouette, et c'est ainsi que naît une chanson, avec deux mots", raconte-t-il avant d'entamer le morceau Folle, folle, folle

Assis sur des palettes en bois, Belin chante Hypernuit, son "unique tube, c'est comme ça", sourit-il, puis il égrène une partie de son répertoire durant une heure et nous embarque dans son univers peuplé de chimères et de personnages semblables à ceux d'une bande dessinée tant ils sont nourris de détails. La musique et la voix de Bertrand Belin prennent toute leur ampleur dans ce lieu magique où l'acoustique fait résonner à merveille les notes du dandy rock. Le loup solitaire breton quitte la salle en envoyant des baisers dans les étoiles et nous promet une semaine à son image, ponctuée de rencontres délicieusement insolites. 

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Opéra Underground (@opera.underground)

L'invitation au voyage dans l'espace de La Féline 

Agnès Gayraud, alias La Féline a, elle aussi, choisi de nous faire côtoyer les étoiles. Mais contrairement à Bertrand Belin, la chanteuse-philosophe désormais lyonnaise a opté pour "la version maximum". Sur scène, les musiciens de l'orchestre de l'Opéra réinterprètent son répertoire avec ses deux complices, un bassiste et un batteur. Un luxe pour cette artiste pop plus habituée aux scènes de musiques actuelles. 

Durant une heure, le concert nous propulse dans l'espace grâce à des vidéos projetées sur écran géant et la voix de La Féline s'envole sur des sons classiques de violons et de guitare électrique. Le mélange fonctionne parfaitement et le public se prend à se dandiner sur les fauteuils de l'Opéra lorsque l'ensemble fait tonner le titre Où est passée ton âme

Les spectateurs l'ovationnent. On regrette juste que La Féline n'ait pas été rejointe par Bertrand Belin pour un duo final en beauté à la hauteur de la soirée. 

Carte blanche : musique et littérature

Le concert devait donner le relais à la carte blanche. "Nous sommes venus en coucou peupler un lieu qui n’est pas le nôtre, de musiques, de musiciennes et de musiciens que nous chérissons. Ils joueront un peu partout dans ce lieu séculaire, du sous-sol au dernier étage, d’où l’on voit les toits de Lyon.", annoncent Bertrand Belin et La Féline dans leur note d'intention.

C'est donc avec leurs envies respectives que la programmation s'est progressivement construite. Tour à tour musiciens, auteurs, mélomanes, mais aussi chercheurs dans leur discipline, Bertrand Belin et Agnès Gayraud ont concocté leur carte blanche comme une cartographie vibrante. La semaine lyonnaise de l'Opéra Underground nous promet donc des découvertes, des expériences, des lectures, des concerts, des voyages dans le monde d'ici et dans des contrées lointaines. Avec notamment Rodolphe Burger, Star Feminine Band et une création autour de Philip Glass...

Le programme complet de la Carte blanche de l'Opéra Undergound. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers En régions

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.