Cet article date de plus de sept ans.

Emprise mentale : quand la thérapie dérape, dans Le Monde en face sur France 5

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (©)
  (©)

Emprise mentale : quand la thérapie dérape

Qui sont ces thérapeutes qui dérapent…

Dans notre société en quête de mieux-être, jamais ils n’ont eu autant de succès.

Chaque année les associations enregistrent plus de 2500 plaintes contre ces thérapeutes qui exercent une véritable emprise mentale sur leurs patients.

Leur technique ? Le plus souvent, des promesses de guérison miracle, des faux souvenirs de maltraitance ou de viols durant l’enfance.

Une manipulation qui peut aller très loin…

Sophie, Bernard, Violène, Valérie, Olivier et Claude sont tous passés par une thérapie qui les a ruinés et fait voler leur vie en éclats. Après des années d’emprise, ils ont fini par porter plainte contre leur gourou pour abus de faiblesse. Ces trois affaires – Benoît Yang Ting, Claude Sabbah et Jacques Masset – étaient au cœur de l’actualité judiciaire en 2015.

L'emprise mentale peut aller jusqu’à la prostitution, le viol, et même la mort. Face à ce fléau, les pouvoirs publics et la Justice sont encore démunis en France. Ce documentaire donne aussi la parole à ceux qui ont fait de la lutte contre les thérapies déviantes un combat, pour que les peines soient à la hauteur de ce que les spécialistes qualifient parfois de « meurtre psychique ».

 

52' - réalisé par Stéphanie Trastour- Production : Program 33 avec la participation de France Télévisions

 

Après la diffusion du premier documentaire, Marina Carrère d'Encausse propose un débat avec 2 invités pour en parler :

****Gérard dont l’ex épouse est tombée sous l’emprise d’un gourou

Marie Drilhon responsable de l’ADFI Versailles. Union Nationale de Défenses des familles et de l’Individu victimes de secte

 Mardi 19 avril 2016 à 20.45

PLUS D’INFORMATIONS SUR :

france5.fr

LMEF

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Culture

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.