Des jeunes réunionnais sur la scène de la Philharmonie de Paris le temps d'un concert

79 jeunes réunionnais vont sortir les instruments pour un concert très spécial à la Philharmonie de Paris samedi 22 juin.

Les jeunes réunionnais en pleine répétition mercredi 19 juin
Les jeunes réunionnais en pleine répétition mercredi 19 juin (Claire Leys)

C'est un long voyage. Près de 9 000 kilomètres entre Saint-Denis sur l'île de la Réunion et Paris. Des heures d'avion pour 80 apprentis musiciens, qui vont vivre un véritable conte de fée, samedi 22 juin. Ils joueront sur la scène mythique de la Philharmonie de Paris. 

Ces jeunes réunionnais font partie de l'orchestre Démos de Saint-Denis. Issus de quartiers défavorisés, ils suivent gratuitement des cours de clarinette, de violon, de trompette ou encore de flûte traversière. Trois à quatre heures d'enseignement par semaine. Une expérience qui a changé leur vie. 

Deux jeunes musiciennes à la Philarmonie de Paris
Deux jeunes musiciennes à la Philarmonie de Paris (Claire Leys)

"Grâce à l'orchestre, j'ai découvert la musique classique, raconte Charméla, altiste. Avant je n'écoutais pas ça." Prendre l'archer et frotter les cordes de son alto apaise la jeune musicienne : "Quand on est en colère, prendre l'instrument permet de nous lâcher. C'est doux et apaisant."

En jouant, je suis plus courageux.Sloan, 11 ansà franceinfo

Même sensation chez Sloan, 11 ans, clarinettiste : "Ça me rend heureux, ça me déstresse. Avant je n'étais pas vraiment à l'aise, maintenant ça va mieux", confie-t-il. Sloan et Charméla n'étaient pourtant pas destinés à vivre ce rêve dans la capitale. La musique classique n'est pas ouverte à tous sur l'île de la Réunion selon la coordinatrice du projet, Louise : "On a un conservatoire chez nous. Du coup, il y a un côté élitiste et les parents ont peur. Et pour ceux qui font la démarche, il y a des listes d'attente très longues, donc beaucoup d'enfants n'ont pas d'accès à l'apprentissage.

Avant d'entrer sur scène pour le grand concert, les jeunes musiciens enchaînent les répétitions et peaufinent le programme - Debussy et Labelle - dans une Philharmonie encore vide. Une salle éblouissante pour les enfants. "Elle est magnifique, c'est trop beau, c'est lumineux. En jouant, on va se lâcher et le stress va partir", espère Charméla.

Après ce concert de clôture, beaucoup d'enfants ne comptent pas en rester là. Sloan en fait partie. Il va continuer la clarinette. Son rêve : devenir professionnel et jouer en soliste, à Paris.