Visitez l'exposition événement Norman Rockwell à Caen en avant-première

C'est l'exposition à ne pas manquer cette année : Rockwell, Roosevelt & Les Quatre Libertés va permettre de découvrir "pour de vrai" quatre tableaux du peintre américain Norman Rockwell qui n'étaient jusqu'à présent jamais sortis des Etats-Unis. 

Installation de l\'exposition : Rockwell, Roosevelt et les quatre libertés.  Sur la photo \" Freedom of Speech \".
Installation de l'exposition : Rockwell, Roosevelt et les quatre libertés.  Sur la photo " Freedom of Speech ". (PHILIPPE RENAULT / MAXPPP)

Le Mémorial de Caen s'apprête à voir défiler beaucoup, beaucoup de monde du 10 juin au 27 octobre. A l'occasion du 75e anniversaire du Débarquement et de la Bataille de Normandie, le Mémorial a réussi à s'associer avec le Musée Norman Rockwell à Stockbridge, dans le Massachusetts, pour présenter une exposition exceptionnelle pendant cinq mois. 

Une exposition événement 

Intitulée Rockwell, Roosevelt & Les Quatre Libertés, cette exposition fait l'objet d'une tournée mais uniquement aux Etats-Unis. Exception faite à Caen qui est la seule étape "extra-nationale" de cette tournée dans laquelle sont présentées 89 pièces dont 43 toiles originales et de nombreux objets (affiches, vêtements, accessoires...)

Ce qui en fait un événement ? C'est la première fois que la série des Quatre Libertés est présentée hors des Etats-Unis.

De quoi s'agit-il ? Le 6 janvier 1941, devant le Congrès, Roosevelt prononce le discours sur l'état de l'Union dans lequel il annonce que l'Amérique s'engage dans la Deuxième guerre mondiale. Il y rappelle les quatre libertés qui lui semblent fondamentales : la liberté d'expression, la liberté de conscience, la liberté de vivre à l'abri du besoin et la liberté d'être protégé.

Parler aux Américains

Le discours est salué mais étrangement, les quatre libertés énoncées par Roosevelt ne sont pas relayées par la presse. Mais ces idéaux inspirent l'illustrateur Norman Rockwell.

Il décide de représenter ces quatre libertés en utilisant des images de tous les jours, pour qu'un maximum d'Américains puissent les comprendre et s'y identifier. Mais il faudra attendre deux ans avant que la série soit publiée dans le Saturday Evening Post.

Ce projet était tellement ambitieux que je ne savais pas par où commencerNorman Rockwell

Inspiré par un voisin

Première illustration publiée (et premières des libertés citées par Roosevelt) : la liberté d'expression. Une nuit, Rockwell se souvient de Jim Edgerton, son voisin à Arlington dans le Vermont. Le fermier s'était levé pour donner son point de vue lors d'un conseil municipal, avis qui était à contre-courant des idées présentées ce jour là. Personne ne l'avait interrompu, il avait pu donner son point de vue. Pour Rockwell, cette scène est l'incarnation de la liberté d'expression. 

Un impact sur l'opinion

Sept mois plus tard, en février et mars 1943, les lecteurs du Saturday Evening Post découvrent les Quatre Libertés de Rockwell qui reçoivent un accueil enthousiaste et marque un tournant majeur dans l'opinion : les Américains comprennent alors pourquoi leurs soldats vont aller se battre en Europe et pourquoi ils doivent accepter l'effort de guerre.

Avec ses tableaux, Norman Rockwell sillonna les États-Unis pendant la guerre lors du Four Freedoms War Bond tour afin de récolter de l'argent. 

Soixante-quinze ans plus tard, ces tableaux permettent de cerner l'état d'esprit d'une Amérique soudée derrière ses soldats.

Ces Américains qui sont venus libérer l'Europe et qui débarquent sur les plages de Normandie, qui sont-ils ? Norman Rockwell nous dit qui ils sont, d'où ils viennent.Stéphane Grimaldi Directeur du Mémorial de Caen

Bienveillant mais engagé 

L’exposition Rockwell, Roosevelt & Les Quatre Libertés est aussi le récit d’une histoire moderne de l’Amérique des années 1940 aux années 1960. Un récit porté par un artiste qui pose un regard plutôt bienveillant (voire un peu fantasmé) sur la société américaine, bienveillance qui lui sera parfois reprochée.

Mais Norman Rockwell sait aussi être lucide et même engagé, à sa façon. La guerre du Vietnâm et la ségrégation raciale sont des thèmes douloureux pour lui. En 1964, il réalise une toile intitulée The problem will all live with ("Ce problème nous concerne tous") qui illustre une histoire bien réelle. Celle de Ruby Bridges, première enfant noire à entrer dans une école pour enfants blancs. Une entrée réalisée sous escorte d'officiers fédéraux pour faire face à l'hostilité des habitants de la Nouvelle-Orléans. 

Agée désormais de 64 ans, Ruby Bridges viendra en personne au Mémorial de Caen le lundi 3 juin.

Exposition Rockwell, Roosevelt & les Quatre Libertés 
Du 10 juin au 27 octobre 2019 
Mémorial de Caen, Esplanade Eisenhower

Visite de l’exposition : 10 € /personne - Visite du Mémorial + visite de l’exposition : 24,80 € /personne