Comédien, écrivain, artiste touche-à-tout, Lionel Rocheman s'est éteint à 92 ans après une carrière pleine d'espièglerie

Lionel Rocheman, qui s'était fait connaître par son personnage de Grand-Père Schlomo à partir de 1977, est mort jeudi 30 juillet.

L\'artiste Lionel Rocheman est mort le 30 juillet dernier à Bagnolet. 
L'artiste Lionel Rocheman est mort le 30 juillet dernier à Bagnolet.  (SOULOY FREDERIC/SIPA / SIPA)

Littérature, musique, cinéma, théâtre, art, histoire, il y peu d'univers culturels que ce brillant touche-à-tout n'ait explorés avec curiosité et humour. Lionel Rocheman s'est éteint jeudi 30 juillet à Bagnolet. 

Né le 18 juin 1928 à Paris, Lionel Rocheman était un artiste, un résistant, un acteur, devenu populaire avec son personnage de Grand-Père Schlomo qu'il a créé en 1977, une caricature de villageois polonais à la fin du 19e siècle

INA

Passeur de musiques

Il est aussi en 1964 le créateur et animateur pendant près de douze ans du Hootenanny, un rassemblement de musiciens folk qui permettait une fois par semaine aux amateurs de se produire sans sélection à l’American Center, boulevard Raspail à Paris.

Par la suite, Lionel Rocheman publie un disque de chansons françaises anciennes préfacé par Georges Brassens, et produit également une série télévisée pour le jeune public sur l'ORTF, Epinettes et Guimbardes, qui présente des musiciens de tous pays avec leurs instruments traditionnels.

Lionel Rocheman est par ailleurs le père du célèbre pianiste de jazz Manuel Rocheman.

Acteur de cinéma et de théâtre

Polyvalent, Lionel Rocheman ne s'est pas contenté de ces activités déjà variées, il passera aussi par les plateaux de cinéma dès 1973, et affichera une filmographie riche d'une douzaine de films, sous la caméra de Pierre Richard, Jean Yanne ou encore Georges Lautner. Côté théâtre, il monte sur la scène du Palais-Royal pendant un an dans Voisin, voisine, avec Victor Lanoux et Marie-José Nat, et côtoiera les planches de nombreux théâtres, comme celui de Bobino, de La Bruyère, de l'Oeuvre ou de Dix-Heures.

Sa carrière d'écrivain débute quant à elle à 50 ans, avec sept livres publiés, comme Devenir Cécile en 1977, où il rapporte les souvenirs de sa mère racontés  pendant l’hiver 1952-53. Plus tard, dans La Belle Âge (1984), c'est le récit de sa vie de 1939 à 1945 qui narre la guerre, les études, les filles et la Résistance surtout.

Avec humour, il enchaînera ensuite les essais et les recueils de contes, avant de publier Jésus en 2000, un bilan érudit des controverses sur l’histoire du Christ, entre spécialistes des religions au cours du 20e siècle.