Cet article date de plus de cinq ans.

Sabres laser, son dans l'espace et vitesse de la lumière : "Star Wars" se rebelle face à la science

Si ses films ont fait naître une passion pour l'espace chez plusieurs générations, George Lucas a parfois fait fi des connaissances scientifiques pour développer l'univers de sa saga.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Extrait du "Réveil de la Force", l'épisode VII de "Star Wars", en salles le 16 décembre. (THE WALT DISNEY COMPANY)

La saga Star Wars a certainement changé la perception de l’espace de plusieurs générations. Les plus petits vont eux aussi découvrir cette galaxie lointaine, très lointaine dès le 16 décembre, avec Le Réveil de la Force, et vont approcher les étoiles, suivre les rythmes des sabres laser et sursauter devant les multiples explosions.

Mais, depuis plus de 35 ans déjà, des scientifiques passent au crible les films pour pointer du doigt les nombreuses erreurs qui peuplent l'univers imaginé par George Lucas. Francetv info a interrogé l'astrophysicien Roland Lehoucq, auteur de Faire de la science avec Star Wars (éd. Le Pommier). Pour lui, "tout est faux dans Star Wars, mais on s'en fiche. Ce qui compte, c’est qu’à partir de ce film, le grand public peut parler de sciences".

Dans l'espace, personne n'entend un X-Wing voler

Tirs de vaisseaux, explosions... Dans Star Wars, l'espace est très bruyant. Pourtant dans le vide spatial, nulle atmosphère pour propager les ondes sonores. "Des sons dans l’espace, c’est tout simplement impossible. Pour que le son puisse se propager, il faut de la matière. De l’air, du bois, n’importe quoi. Or, dans l’espace règne le vide. On peut toujours hurler, personne ne nous entendra", explique Roland Lehoucq. Mais des batailles muettes ne raviraient sûrement ni les spectateurs, ni les équipages d’un vaisseau qui se fait attaquer de l’extérieur sans pour autant en être informé. L’astrophysicien propose donc une solution : "Dans les vaisseaux de Star Wars, il pourrait y avoir un système qui sonorise le vaisseau, qui simule l’ambiance extérieure, l'urgence de la situation" en recréant le bruit des tirs qui visent le vaisseau de l'extérieur, par exemple.

Le sabre laser est une arme impossible à fabriquer

Les sabres laser font partie de l'ADN de Star Wars. Jedi et Sith utilisent ces armes aux différentes couleurs lors de leurs affrontements. Quatre raisons font pourtant du sabre laser une véritable erreur scientifique. "Premièrement, pendant les combats, les sabres laser s’entrechoquent, comme s'il s'agissait d'objets matériels... mais la lumière n’est pas de la matière", commente Roland Lehoucq. Si deux sabres laser ne peuvent pas entrer en contact, ils n'en restent pas moins dangereux car capables de découper ou de brûler. Deuxième raison, la lumière laser n’est pas visible. En effet, "c’est une lumière directive qui ne va que vers un seul point. Elle ne se dirige pas vers votre œil sauf si le laser y est pointé", souligne l’astrophysicien. Troisième approximation : "Les sabres laser ont une longueur définie [un mètre environ]. Or, la lumière se propage en fait en ligne droite jusqu’à ce qu’elle rencontre un obstacle." Dernière explication, et non des moindres, la puissance nécessaire pour faire fonctionner un sabre laser est estimée à plus d’un milliard de watts. Soit l’énergie d’une centrale nucléaire. Difficile à faire tenir en poche. Une arme totalement improbable selon l'astrophysicien, donc, n'en déplaise aux scientifiques qui tentent de reproduire cet accessoire mythique.

Pas besoin de laisser ses réacteurs allumés

Que ce soit Han Solo dans le Faucon Millenium ou les pilotes des vaisseaux ennemis le pourchassant, aucun des personnages de la saga ne se soucie vraiment des économies d'énergie – pas très COP21, tout ça. Pour voyager, leurs réacteurs sont constamment allumés. Si nos avions ont besoin d’une propulsion constante et forment ainsi leur traînée blanche, les réacteurs des vaisseaux spatiaux ne devraient avoir besoin que d’une simple impulsion. C’est le principe d’inertie. "Dans l’espace et sans frottement, si on vous pousse une fois, vous continuez à avancer à vitesse constante. Les pilotes n’ont besoin d’allumer les réacteurs que lors du départ, pour ralentir et pour changer de direction", note Roland Lehoucq.

Impossible de dépasser la vitesse de la lumière

Pour échapper à l’Empire de Dark Vador, le Faucon Millenium utilise ses moteurs d’hyperpropulsion. Comme la plupart des vaisseaux de la saga, celui du contrebandier Han Solo est en effet capable de traverser la galaxie à une vitesse supérieure à celle de la lumière. "Cela viole complètement une loi de la physique", réagit Roland Lehoucq. La vitesse de la lumière est en effet indépassable pour un objet matériel, possédant une masse. "On peut s’en approcher, sans jamais la dépasser. Seule la lumière, qui est immatérielle, peut aller à cette vitesse", détaille-t-il.

L'Etoile noire ne peut pas détruire la planète Aldorande

Alderaan Exploding

Pour démontrer sa puissance dans Un nouvel espoir, le quatrième épisode de Star Wars, Dark Vador décide de détruire Aldorande. L’Etoile noire déploie ainsi un laser ultra-puissant qui fait exploser la planète de la princesse Leia. Mais "pour détruire une planète, il faut une quantité considérable d’énergie, explique Roland Lehoucq. Et quand on estime la puissance du laser utilisé sur Aldorande, on comprend qu’il faudrait en fait 100 000 fois l'énergie dégagée par le soleil". Il est ainsi impossible pour l'Etoile noire, bien plus petite que notre soleil, de concentrer autant d'énergie. Pas de quoi parader, donc, de la part de l’Empire.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Star Wars

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.