"Spider-Man : No Way Home" : encore une nouvelle aventure de l'homme-araignée, au risque de lasser ?

"Spider-Man : No Way Home" sort mercredi en salle, énième aventure de l'homme-araignée. À force de multiplier les adaptations, Hollywood ne risque-t-il pas de dévaluer le personnage et le mythe ?

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Dans "Spider-Man : No way Home" Peter Parker est interprété par Tom Holland. (MARVEL STUDIOS)

"Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités." Cette célèbre phrase fait partie de la légende de Spider-Man. Mais quand elle est prononcée trop souvent, ne perd-elle pas un peu de sa magie ? Spider-Man : No way Home, réalisé par Jon Watts, sort mercredi 15 décembre. Une nouvelle version des aventures du célèbre homme-araignée créé par Marvel au début des années 1960.

Neuf films avec le super-héros sont sortis depuis 2002 et le premier réalisé par Sam Raimi. Sans même compter les films choraux comme Avengers ou les épisodes à part comme Venom. Cela fait beaucoup, et même trop aux yeux de Stéphane Moïssakis, rédacteur en chef des sites et podcasts Capture Mag : "Ce ne serait pas trop si l'idée était d'avoir une approche nouvelle. On n'a pas l'impression qu'on nous raconte indéfiniment la même histoire, si on laisse les auteurs s'exprimer sur le sujet. Le journaliste spécialisé souligne que dans ce nouvel opus, "ne se pose même pas la question de savoir s'il a été mordu par une araignée. En tout cas ce n'est jamais montré aux téléspectateurs. Ça pourrait être une façon de raconter les choses différemment, mais là on perd carrément la mythologie du personnage."

Une recette venue des comics

Formidable machines à cash, comme d'autres produits Marvel, les adaptations de Spider-Man ne devraient donc pas s'arrêter. D'autant que même un échec relatif au box-office comme Amazing Spiderman : le destin d'un héros en 2014 ne remet pas en cause cette frénésie. Sans oublier que les droits de l'homme-araignée appartiennent toujours à Sony, mais qu'il est "prêté" à Disney, propriétaire de Marvel, pour certaines productions. Avec un si grand coffre à jouets, pourquoi se priver, nous dit Frédéric Sigrist, humoriste geek et présentateur de "Blockbusters" sur France Inter : "Ce que l'on reproche aujourd'hui à ces studios en manque d'imagination, c'est quelque chose qui existe profondément dans le média de départ, c'est quelque chose qui est intrinsèque aux comics de super-héros."

"Disney s'est dit : "'Ce sont des génies, ils font beaucoup d'argent avec peu de variations. Pourquoi on ne l'adapterait pas ?' C'est assez fascinant de les voir faire ça sur grand écran."

Frédéric Sigrist

à franceinfo

Dans toutes ces adaptations il y en a au moins une récente qui suscite une quasi-unanimité critique et publique : le film d'animation Spider-Man : New Generation de 2018, dont la suite arrive en 2022.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Cinéma

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.