Cet article date de plus de huit ans.

"We are the Best !" : les baby-punks entrent en scène

Plongée dans la Suède du début des années 80. Trois jeunes adolescentes rebelles tentent de monter un groupe punk, un mouvement musical qui bat de l'aile. Un film un peu bancal mais plein de sève.
Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
"We are the Best" de Lukas Moodysson : trois ados punk dans la Suède de 1982
 (MK2 Diffusion)
La note Culturebox
3 / 5                  ★★★☆☆

Comédie dramatique suédoise de Lukas Moodysson – Avec Linnea Thörnvall, Peter Eriksson et Mira Barkhammar – Durée : 1h42 – Sortie : 4 juin 2014

Synopsis : Stockholm, 1982, à l'heure où le disco explose, trois collégiennes, Bobo, Klara, Hedvig, tout juste 13 ans, décident de former un groupe de musique pour prouver que le punk n'est pas mort... Et pour crier très fort !
La vague punk touche à sa fin, les illusions s'envolent. Il reste les fanzines, les discussions interminables pour savoir si la New Wave a trahi le Punk, si Joy Division vaut encore quelque chose. Il reste aussi la colère et l'ennui, ces après-midi interminables de l'adolescence, à lister les combats : anti-religion, anti-sport ou anti-maquillage ?
  (MK2 Diffusion)
Cette fin de cycle, c'est à Stockholm que Lucas Moodysson (qui a notamment signé "Mammoth") nous la fait vivre, en suivant deux puis trois filles de 13 ans, déterminées à monter un groupe. On peut les trouver naïves, touchantes ou têtes à claques, mais ces filles-là ont forcément existé, baby-punks coiffées à la garçonne, prêtes à fondre pour un batteur débutant ou pour les paroles d'un "Brejnev-Reagan, fuck off", volontairement isolées à l'école, provocatrices et prêtes à foncer dans la mêlée au premier signe d'injustice.

Et les voici sur la scène du centre social, devant un public de quarante personnes qui veut les écharper. Elles, bien droites, avec leurs trois accords, pleines d'une force dont elles ne savent pas trop quoi faire. L'esprit du punk est là, sur l'estrade d'une banlieue perdue de Stockholm.
  (MK2 Diffusion)
Adapté d'un roman illustré ("Never Goddnight" de Coco Moodysson, l'épouse du réalisateur), "We are the best", ne prétend pas donner un cours d'histoire de la musique et/ou de la société suédoise. Foutraque, il parvient à capter l'énergie de l'époque, et à restituer ce contraste épais entre le cocon social-démocrate scandinave des années 80 et la rage punk. Brut et, finalement, plutôt joyeux.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sorties de films

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.