Cet article date de plus d'un an.

"The Bra", Cendrillon en Azerbaïdjan

Envie de changer de décor ? De donner sa chance à une œuvre originale et curieuse ? "The Bra" est un film allemand tourné en Azerbaïdjan, sans dialogue, mais empreint d’une grande poésie. Un conducteur de train cherche la propriétaire du soutien-gorge que sa motrice a arraché à une corde à linge…

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Miki Manojlovic et Paz Vega dans "The Bra" (Bodega Films)

L’image est saisissante et on comprend que Veit Helmer, le réalisateur allemand, y ait trouvé l’inspiration d’un long métrage : une vieille locomotive tire ses dizaines de wagons citernes remplis de pétrole au beau milieu d’une rue. Si près des habitations qu’elle semble les toucher à chaque virage. Quelques instants plus tôt, prévenu par les vibrations des rails, un jeune lanceur d’alerte l’a précédé, signifiant à coups de sifflets aux habitants qu’il était temps de déguerpir. En une poignée de secondes, une petite ville s’est démontée, on a retiré les tables, les chaises et le linge à sécher qui occupaient les rails, les gens ont regagné leurs maisons.

Le train pétrolier traverse le quartier Shanghaï de Bakou (THEO LUSTIG)
Cette scène qui se reproduit plusieurs fois par jours existe réellement, dans la banlieue de Bakou, la capitale de l’Azerbaïdjan. Le pays, soucieux de démontrer sa richesse et son modernisme, préfère braquer les projecteurs sur ses gratte-ciels plutôt que sur ses quartiers pauvres et il a tout fait pour dissuader Veit Helmer. Qui a tout de même tourné son film dans la plus grande clandestinité.  

Gueule fatiguée, faux-air de Serge Reggiani, Nurlan (Miki Manojlovic) emmène ses derniers trains, la retraite est toute proche. Aux commandes de son imposante motrice électrique, il connaît par cœur le trajet, toujours le même. La vallée, les montagnes, avant le cheminement final dans les ruelles de Bakou. Son existence est morne, jusqu’à cet événement qui va tout changer : d’abord, l’image furtive et volée d’une femme ôtant son soutien-gorge, puis la découverte du sous-vêtement, coincé dans la calandre de sa locomotive. Retraité, il va consacrer tout son temps à tenter de retrouver la propriétaire de l’accessoire bleu clair et orné de dentelles. Toute une série de rencontres, tendres, violentes ou lunaires, s’annonce.

Miki Manojlovic dans "The Bra" (THEO LUSTIG)

The Bra, c'est Cendrillon en Azerbaïdjan. A quelle femme le soutien-gorge ira-t-il parfaitement ? Elles vont être nombreuses à l'essayer, mais il ne convient vraiment qu'à une seule. Pour arriver à ses fins, Nurlan prend des risques et pas mal de coups…  

 Irmena Chichikova et Miki Manojlovic dans "The Bra" (Veit Helmer)

Invraisemblable cette histoire ? Oui, absolument ! Et délicieusement poétique. Aucun dialogue – attention, Veit Helmer nie avoir fait un film muet et ce n’est pas faux, on y rit, on chantonne ou on gronde, le travail sur le son est considérable – mais une réalisation bluffante. Les images sont saturées de couleur, chaque plan est une histoire à lui seul, les séquences répétitives hypnotisent. Il y a des gueules, de sacrées, qui font pencher vers l’univers d’un Jean-Pierre Jeunet. La présence de Denis Lavant, formidable assistant du conducteur, souligne cette impression. Ce film bizarre et très attachant ne s'oublie pas.

Denis Lavant dans "The Bra" (THEO LUSTIG)

La fiche

Genre : Comédie dramatique
Réalisateur : Veit Helmer
Acteurs : Miki Manojlovic, Denis Lavant, Chulpan Khamatova, Ismael Quluzade et Maia Morgenstern

Pays : Allemagne / Azerbaïdjan
Durée : 1h30
Sortie : 11 septembre 2019
Distributeur : Bodega Films 
Synopsis : Le conducteur de train Nurlan se rend à Bakou pour la dernière fois avant sa retraite. En contournant les quartiers de la ville, son train arrache un soutien-gorge bleu à une corde à linge. Pour échapper à son existence solitaire, Nurlan se lance dans la plus grande aventure de sa vie : retrouver la propriétaire de ce sous- vêtement …  

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.