"Simetierre" : une nouvelle adaptation de Stephen King terrifiante

Le remake d’un roman adapté n’est pas rare ("Les Misérables", "Anna Karénine"…) Stephen King est un des seuls contemporains à connaître cette aubaine. Il y a deux versions de "Carrie", tout comme "Shining", et aujourd’hui "Simetierre". Mary Lambert en avait donné une superbe transposition en 1990, avant cette nouvelle mouture signée Kevin Kölsch et Dennis Widmyer. L’épouvante est au rendez-vous.

Jeté Laurence dans \"Simetière\" de Kevin Kölsch et Dennis Widmyer
Jeté Laurence dans "Simetière" de Kevin Kölsch et Dennis Widmyer (2018 Paramount Pictures. All Rights Reserved. / Kerry Hayes )

Une réussite inattendue

Etonnant d’observer que cette nouvelle adaptation de "Simetierre" ne soit pas interdite aux moins de 12 ans. La peur y est communicative et l’horreur explicite. On ne va pas s’en plaindre, mais cette permissivité est curieuse au regard d’avertissements ou d’interdictions sur des films moins durs. Celui de 1990 était déjà très réussi, la version de Kevin Kölsch et Dennis Widmyer, qui prend des libertés par rapport au roman, l'est encore plus.

Louis (Jason Clarke) et Rachel (Amy Seimetz) emménagent avec leurs deux jeunes enfants dans une belle maison rurale. Ils découvrent un étrange cimetière pour animaux sur leur propriété. Il est attenant à un ancien lieu mystique où les corps enterrés ressusciteraient. Louis, médecin, va en faire l’expérience terrifiante après la mort du chat de la famille, puis de sa fille, et de son épouse, jusqu’à une expérience ultime…

Fantastique adulte

"Simetierre" est un bon roman de King. Mis entre les mains de Kevin Kölsch et Dennis Widmyer, à la maigre filmographie, on pouvait avoir des craintes. Mais leur prédilection pour le fantastique (au vu de leur filmographie) se vérifie dans la peur que distille leur film. Sur une base classique, le récit de King prend une direction inattendue en entremêlant chronique familiale, initiation enfantine, mystique indienne et horreur. Jason Clarke ("First Man") et Amy Seimetz ("Alien : Covenant") forment avec conviction ce couple américain type en quête de quiétude, dont la vie va basculer dans l’indicible. Le vétéran John Lithgow est bien casté dans le rôle du vieux voisin, initiateur de Louis au mystère de la terre maudite.

Jason Clarke dans \"Simetierre\" de Kevin Kölsch et Dennis Widmyer
Jason Clarke dans "Simetierre" de Kevin Kölsch et Dennis Widmyer (2018 Paramount Pictures. All Rights Reserved. / Kerry Hayes )

"Simetierre" est parsemé de bonnes idées de mise en scène, comme la procession funéraire des enfants affublés d’étranges masques d’animaux, le gothisme du cimetière embrumé, l’agressivité de la route meurtrière… L’horreur est explicite et la violence sans concession. Le film n’ignore pas pour autant la puissance des sentiments, où domine une culpabilité irréparable qui gangrène une famille apparemment idéale. Film des plus noirs, au dénouement surprenant, "Simetierre" relève d’un trop rare fantastique adulte, l’un des meilleurs depuis longtemps.

\"Simetierre\" : l\'affiche
"Simetierre" : l'affiche ( Paramount Pictures France)

LA FICHE

Fantastique de Kevin Kölsch et Dennis Widmyer 
Pays : Etats-Unis
Acteurs : Jason Clarke, Amy Seimetz, John Lithgow, Jeté Laurence
Durée : 1h41
Distributeur :  Paramount Pictures France
Sortie : 10 avril 2019

Synopsis : Le docteur Louis Creed, sa femme Rachel et leurs deux jeunes enfants quittent Boston pour s'installer dans une région rurale du Maine. Près de sa maison, le docteur découvre un mystérieux cimetière pour animaux caché au fond des bois. Peu après, une tragédie s’abat sur lui. Creed sollicite alors l'aide d'un étrange voisin, Jud Crandall. Sans le savoir, il vient de déclencher une série d’événements tragiques qui vont donner naissance à de redoutables forces maléfiques.