"Paradis Paris", film choral de Marjane Satrapi avec un casting en or

Monica Bellucci, André Dussollier, Rossy de Palma, Roschdy Zem, et Alex Lutz, Marjane Satrapi s’appuie un peu trop sur son casting.
Article rédigé par Jacky Bornet
France Télévisions - Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 2 min
"Paradis Paris" de Marjane Satrapi (2024). (2023 - CHRISTOPHE OFFRET/VITO FILMS)

À Paris, cinq histoires s’enchaînent et s’entremêlent sans jamais se croiser. Une diva aigrie, un cascadeur métaphysique, une mère mystique, une ado addict à son persécuteur, un présentateur d’émissions criminelles voit sa mort venir.

Marjane Satrapi joue d’un casting cinq étoiles, mais s’éparpille dans trop de personnages. Brillant, Paradis Paris pèche par excès, tout en déclarant une belle flamme à la ville lumière, à partir du mercredi 12 juin 2024 dans les salles.

Destins

Paris n’a peut-être pas été aussi bien filmé depuis Truffaut. Marjane Satrapi recrée un peu de cette magie, en lui injectant une dimension baroque, plus méditerranéenne. À la discrétion, la réalisatrice préfère l’exacerbation de personnages charpentés. Aux sentiments feutrés succèdent des pulsions volcaniques.

L’identification des rôles aux interprètes est aux petits oignons, que l’on dirait sortis de son Poulet aux prunes, déjà film choral. Du groupe familial, la cinéaste passe à une approche plus individuelle qui détricote les fils du destin tissés au quotidien.

Ville piétonne

Toutefois, si l’on n’est pas dans un film à sketches, la continuité dramatique s’éclipse quelque peu. Marjane Satrapi nous perd, voulant peut-être trop en mettre, avec une telle palette à sa disposition. C’est donc l’écriture qui freine au démarrage, la mise en scène privilégiant les extérieurs qui subliment Paris.

Comme son titre l’indique, le sujet est la ville lumière, personnage principal du film. Le cadre découle des perspectives fameuses de la capitale et de ses places, façades haussmanniennes ouvertes sur des places de taille humaine. Paris devient ville non pas automobile, mais piétonne, où chaque carrefour capte la lumière différemment. Des nuances et atmosphères que transmet Marjane Satrapi dans cette ode à la "plus belle ville du monde", selon l’adage.

La fiche

Genre : Comédie dramatique
Réalisatrice : Marjane Satrapi
Pays : France
Durée : 1h49
Sortie : 12 juin 2024
Distributeur : StudioCanal

Tout public avec avertissement

Synopsis : Ex-star de l’opéra, Giovanna fulmine : alors qu’elle a été déclarée morte par erreur, les hommages de la presse tardent à venir. Mike, cascadeur anglais, peut-il décemment trembler devant la mort alors qu’il la défie tous les jours ? Fumer tue, mais Dolorès s’en fout : le jour des 15 ans de sa petite-fille, elle passe unilatéralement un pacte avec Dieu. Alors qu’elle essaie de se suicider, Marie-Cerise, ado harcelée, humiliée et déprimée, est kidnappée et va tout naturellement faire de son ravisseur son psy. Edouard, bien qu’il présente depuis des années une célèbre émission criminelle à la télé, accuse le coup quand sa mortalité se rappelle à lui.

Dans les rues vivantes et cosmopolites de Paris, ces destins s’entremêlent et se répondent, connectés les uns aux autres par des figures universelles du quotidien : une femme de ménage, un flic, un cafetier. Et si, face à la mort, le mieux était encore de vivre ?

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.