"Médecin de nuit" : Vincent Macaigne bouleversant dans l’engrenage infernal d’un thriller tendu

Elie Wajeman a été réalisateur de la série "Le Bureau des légendes" et de deux autres longs métrages personnels avant ce "Médecin de nuit", sélectionné au Festival de Cannes 2020.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Vincent Macaigne dans "Médecin de nuit" de Elie Wajeman (2020). (PARTIZAN FILMS)

Elie Wajeman fait le portrait d’un médecin dévoué à ses patients, alors que son couple va dans le mur et qu’un trafic de médicaments le rattrape. Ancré dans le réel, Médecin de nuit unit psychologie et action dans un thriller haletant, sélectionné au Festival de Cannes 2020, sort enfin dans les salles mercredi 16 juin.

Cinéma : Vincent Macaigne au chevet du Paris nocturne dans "Médecin de nuit"
France 3

Le temps d’une nuit

Médecin de nuit, Mikaël (Vincent Macaigne) soigne des patients des quartiers populaires de Paris, et les toxicomanes. Son couple et son rôle de père se délitent après sa rencontre avec Sophia (Sara Giraudeau), alors que Dimitri son cousin pharmacien (Pio Marmaï) l’a embarqué dans un dangereux trafic de médicaments qui menace sa carrière. Sa vie chaotique va se jouer le temps d’une nuit.

Sur un scénario original, Elie Wajeman soigne la mise en scène d’un Paris nocturne et interlope. On est loin des beaux quartiers, mais dans des rues désertes, des "rades" perdus, des zones grises, où le danger peut venir de nulle part et de partout. Michaël fait sa ronde, pendu au téléphone pour les appels d’urgence, avec sa femme et son cousin Dimitri. Plus la nuit avance, plus il s’enfonce dans le chaos, jusqu’à une révélation qui ne fera qu’empirer les choses.

Un rôle en or

Vincent Macaigne trouve sans doute son meilleur rôle dans ce personnage dont l’humanité évoque le flic de Roubaix, une lumière (2019) d’Arnaud Desplechin, interprété par Roschdy Zem. Le médecin, l’adultérin, et le trafiquant se mêlent, s'emmèlent, sans pour autant lui retirer de l'empathie. Les trois intrigues sont parfaitement imbriquées dans un crescendo rythmé et prenant. Les relations entre les personnages sont complexes, ambiguës, changeantes et tendues. Le calme n’est pas de ce monde et la violence ne demande qu’à éclater.

Vincent Macaigne et Sara Giraudeau dans "Médecin de nuit" de Elie Wajeman (2020). (PARTIZAN FILMS)

La discrétion de la mise en scène apporte au film une impression de banalité. Ce n’est pas le chaos extérieur que filme Elie Wajeman, mais les émotions, grâce à l’interprétation de Vincent Macaigne, mais aussi de Pio Marmaï, pris dans un cercle vicieux qui lui échappe, de Sara Lepicard, en épouse et mère délaissée, et de Sara Giraudeau, en maîtresse au double jeu. Un imbroglio implacable, perturbé et perturbant.

L'affiche de "Médecin de nuit" de Elie Wajeman (2020). (DIAPHANA DISTRIBUTION)

La fiche

Genre : Thriller
Réalisateur : Elie Wajeman
Acteurs : Vincent Macaigne, Sara Giraudeau, Pio Marmai, Sarah Lepicard
Pays : France
Durée : 1h22
Sortie : 16 juin 2021
Distributeur : Diaphana Distribution

Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs

Synopsis Mikaël est médecin de nuit. Il soigne des patients de quartiers difficiles, mais aussi ceux que personne ne veut voir : les toxicomanes. Tiraillé entre sa femme et sa maîtresse, entraîné par son cousin pharmacien dans un dangereux trafic de fausses ordonnances de Subutex, sa vie est un chaos. Mikaël n’a plus le choix : cette nuit, il doit reprendre son destin en main.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sorties de films

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.