"Les 2 Alfred" : les deux Podalydès pour le prix d'un, avec Sandrine Kiberlain en prime, dans une comédie sociale

Sur le sujet contemporain du managing des star-up en France, le film tourne en rond malgré un beau casting.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Denis Podalydès et Bruno Podalydès dans "Les 2 Alfred" de Bruno Podalydès (2020).  (AFBRILLOT)

Denis et Bruno Podalydès vont rarement l’un sans l’autre (Comme un avion, Adieu Berthe, Banc public). Ils invitent Sandrine Kiberlain dans Les 2 Alfred, en salles mercredi 16 juin. La rencontre entre un quinqua chômeur, un roi de la débrouille, et une manager retord : appétissant sur le papier, le film tourne en rond, mais faisait tout de même partie de la sélection officielle du Festival de Cannes 2020, hors compétition.

Visio, brainstorming et autres applis

Près de la soixantaine, Alexandre, chômeur, a deux mois pour prouver à sa femme qu'il peut s'occuper de leurs deux jeunes enfants. Problème : la start-up qui l'embauche à l'essai a pour dogme "Pas d'enfant !", et Séverine, sa future supérieure, est une "tueuse". La rencontre avec Arcimboldo, "entrepreneur de lui-même" et roi des petits boulots sur applis, le prend en main.

La situation se prête à une comédie de mœurs prometteuse. Confronter un papy boomer à une star-up 5G est le lieu idéal, mais un peu facile. Le ton pamphlétaire rappelle le meilleur de Jean Yanne en 1972 (Moi y’en vouloir des sous), mais le film enquille les clichés. La majorité des gags repose sur le jargon anglophone des dialogues. Le web, les visio, brainstorming et autres applis, sont des énigmes pour Alexandre. Séverine est la femme dominatrice acariâtre de service et Arcimboldo, Jojo la bricole. Des caricatures de stéréotypes.

Cinéma et téléphone

La réalisation est un peu paresseuse. Le refus d’effets de mise en scène dans les meilleurs films de Bruno Podalydès est une de leurs qualités. Mais ici cela tourne court, la situation n’est pas assez enrichie pour combler la forme minimaliste. Les déplacements rythment le film mais se résument à de nombreux intérieurs de voiture ou l’on passe des coups de fil. Après s’être demandé ce que serait le cinéma sans le téléphone, on se demande ce qu’il serait sans le portable.

Sandrile Kiberlain dans "Les 2 Alfred" de Bruno Podalydès (2020). (AFBRILLOT)

Ce qui faisait un bon sujet ne rebondit pas, malgré un rythme allègre. Le premier effet de surprise est décliné sans se renouveler, on tourne en rond. Mais la morale est sauve : la start-up stérile est vaincue, faites des enfants !

L'affiche de "Les 2 Alfred" de Bruno Podalydès" (2020). (UGC DISTRIBUTION)

La fiche

Genre : Comédie
Réalisateur : Bruno Podalydès
Acteurs : Denis Podalydès, Sandrine Kiberlain, Bruno Podalydès
Pays : France
Durée : 1h32
Sortie : 16 juin 2021
Distributeur : UGC Distribution

Le film fait partie de la Sélection Officielle Cannes 2020.

Synopsis : Alexandre, chômeur déclassé, a deux mois pour prouver à sa femme qu'il peut s'occuper de ses deux jeunes enfants et être autonome financièrement. Problème: The Box, la start-up très friendly qui veut l'embaucher à l'essai a pour dogme : « Pas d'enfant! », et Séverine, sa future supérieure, est une « tueuse » au caractère éruptif. Pour obtenir ce poste, Alexandre doit donc mentir... La rencontre avec Arcimboldo, « entrepreneur de lui-même » et roi des petits boulots sur applis, aidera-t-elle cet homme vaillant et déboussolé à surmonter tous ces défis ?

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sorties de films

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.