Leonardo DiCaprio et Brad Pitt réunis dans "Once Upon a Time... in Hollywood", l'ode au cinéma de Quentin Tarantino

Sur les écrans mercredi, le neuvième film de Quentin Tarantino, "Once Upon a Time... in Hollywood" est une lettre d'amour au cinéma. Le film a donné au festival de Cannes la note glamour de l'édition de mai 2019.

Brad Pitt, Leonardo Di Caprio et Al Pacino dans \"Once Upon a Time... in Hollywood\" réalisé par Quentin Tarantino.
Brad Pitt, Leonardo Di Caprio et Al Pacino dans "Once Upon a Time... in Hollywood" réalisé par Quentin Tarantino. (ANDREW COOPER / SONY PICTURES)

Le cinéma lui a tellement donné que Quentin Tarantino lui dédie un conte de plus de deux heures et demie. Il était une fois à Hollywood (Once Upon a Time... in Hollywood) sort mercredi 14 août dans les salles de cinéma en France.

Le reportage de Thierry Fiorile
--'--
--'--

Ce conte puise dans les souvenirs d'enfance du réalisateur en Californie. Un conte, car le cinéma est plus beau que la vie, mais interdit d'en dire plus. Ce qu'il y a de moche à la fin des années 1960, c'est que Rick Dalton, interprété par Leonardo DiCaprio, n'est pas devenu John Wayne. Acteur de western télé, il ne peut compter que sur sa fidèle doublure, Cliff Booth, joué par Brad Pitt. Ces deux-là forment un couple magique, émouvant. Ils ne comprennent rien aux mutations en cours.

Ce qui est encore plus moche, c'est qu'en août 1969, Sharon Tate, actrice, épouse de Roman Polanski, sera assassinée par une bande d'allumés, "gourouisés" par Charles Manson. Comme le disait Bob Dylan, "les temps changent"... ce que confirme Leonardo DiCaprio : "Je suis nostalgique de nature. Une part de moi vit dans les années 1930 et 1940, quand j'écoute de la musique aussi. Et mes films préférés sont anciens."

Les années 1960 ont été non pas un âge d'or mais certainement une révolution. La grande époque des réalisateurs. Leonardo DiCaprioà franceinfo

"C'est pour ça que Quentin Tarantino a fait ce film, justifie l'acteur américain. L'Amérique a traversé tellement de changements, c'était la perte de l'innocence. J'ai grandi avec l'affaire Manson. Mes parents, qui sont joyeux, m'ont dit tout ce qu'ils avaient perdu à ce moment-là. Et maintenant, mon pays et le monde ont changé."

Promis, on ne dira rien de ce que Quention Tarantino fait de cette tragédie. Le réalisateur raconte une Amérique rêvée, son amour des acteurs, un Hollywood disparu, et parsème son film d'autocitations plus ludiques que prétentieuses. Cette douce nostalgie et cette bienveillance étaient aussi sur le tournage. 

Aucun tournage ne ressemble à un tournage de Tarantino. Il met tellement de joie dans le travail, c'est juste un plaisir d'en être.Brad Pittà franceinfo

"On passe plus de temps à parler entre nous qu'à tourner. Il n'arrêtera pas une bonne histoire pour faire une prise", confie Brad Pitt. Once Upon a Time... in Hollywood n'est pas le meilleur film de Tarantino, mais il est beau comme une vieille Harley, un sourire de Marilyn Monroe en noir et blanc, une chanson des Beach Boys face à l'océan.