"Free Guy" : une comédie d’action de science-fiction sur mesure pour l’été

Jusqu'à présent, aucun film n'avait abordé les jeux vidéo avec humour. Shawn Levy, le réalisateur de "La Nuit au musée", saute le pas avec une certaine habileté.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Ryan Reynolds dans "Free Guy" de Shawn Levy (2021). (THE WALT DISNEY COMPANY FRANCE)

Entre Tron, pour le scénario, et Ready Player One de Spielberg, pour son univers visuel, Free Guy est dynamité par l'humour de Shawn Levy, le réalisateur de La Nuit au musée. Une approche inédite des jeux vidéo au cinéma qui sont depuis les années 1980 un sujet récurrent de la science-fiction. Spectaculaire et bien ficelé, Free Guy remplit son contrat de film pop-corn, et peut-être un peu plus, sur les écrans mercredi 11 août.

Guy se réveille tous les matins heureux, choisissant la même tenue pour aller travailler après avoir nourri son poisson rouge. Tous les jours la même rengaine, jusqu'à ce que des lunettes lui révèlent que son monde est un jeu vidéo, dans lequel il est un figurant. Tombé amoureux de l'avatar d'une joueuse, et voulant s'affranchir de son simple statut virtuel, Guy va créer une révolution.

Si les jeux vidéo doivent beaucoup au cinéma, le 7e art le leur rend bien, avec des scénarios souvent empruntés à ses structures narratives, du moins dans les films d'action. Video games et gamers sont aussi devenus rapidement des sujets à part entière, avec des films dont l'esthétique repose pour beaucoup sur l'image numérique, ce qui rapproche d'autant plus les deux supports. Free Guy est une variation ludique de ce qui est devenu un sous-genre de la science-fiction au cinéma.

Film pop-corn

Des ancêtres Tron, War Games, Starfighter ou Le Cobaye des années 80, au récent Ready Player One de Spielberg, aucun film n'a abordé les jeux vidéo avec humour. Shawn Levy saute le pas avec une certaine habileté, grâce à un script astucieux qui emprunte à droite à gauche : The Truman Show, Un jour sans fin, Invasion Los Angeles ou Matrix. Si l'action spectaculaire est au rendez-vous, tout comme la romance, son personnage de Guy, qui doit beaucoup à l'excellent Ryan Reynolds, fait tout le sel du film.

Ryan Reynolds et Jodie Comer dans "Free Guy" de Shawn Levy (2021). (20TH CENTURY FOX)

L'humour émane de ce personnage candide confronté à une révélation existentielle, mais le rire provient aussi de ce qui se passe autour de lui sans qu'il le remarque : superhéros fracassant un gratte-ciel, tank garé à un feu rouge, mitraillades à tout-va dans les rues – le lot de tout jeu vidéo – souvent en arrière-plan, fondus dans l'image. Cette banalisation du hors normes dans le plan est source de rires assurés. Un bon divertissement, un peu long, ce qui incite à piocher dans son seau de pop-corn ou déguster sa glace aux moments de relâche.

L'affiche de "Free Guy" de Shawn Levy (2021). (THE WALT DISNEY COMPANY FRANCE)

La fiche

Genre : comédie d'action 
Réalisateur : Shawn Levy
Acteurs : Ryan Reynolds, Jodie Comer, Lil Rel Howery, Joe Keery, Taika Waititi
Pays : Etats-Unis
Durée : 1h55
Sortie : 11 août 2021
Distributeur : The Walt Disney Company France

Synopsis : Un employé de banque, découvrant un jour qu'il n'est en fait qu'un personnage d'arrière-plan dans un jeu vidéo en ligne, décide de devenir le héros de sa propre histoire, quitte à la réécrire. Évoluant désormais dans un monde qui ne connaît pas de limites, il va tout mettre en œuvre pour le sauver à sa manière, avant qu'il ne soit trop tard…

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sorties de films

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.