"Avengers: Endgame" : la mythologie des super-héros à son sommet

Suite directe du précédent épisode des "Avengers", "Infinity War", "Endgame" réalisé par les mêmes Joe et Anthony Russo, conclut le grand cycle d’une saga. Celle du plus grand rassemblement de super-héros de l’écurie Marvel (Captain America, Iron Man, Hulk, Dr. Strange…) : un sommet du genre.

The Avengers : Endgame : une des affiches américaines
The Avengers : Endgame : une des affiches américaines (The Walt Disney Company)

Avec sa vingtaine de super-héros réunis, on s’attendait à un film des plus festifs avec Infinity War, sorti l’an dernier, et l’on découvrait le film Marvel le plus sombre. La moitié de la population terrestre était décimée, Iron Man se retrouvait perdu dans l’espace, le Shield (l’organisation de protection de la Terre) disloqué, et les Avengers, en échec, éparpillés. Endgame qui vient de sortir, est la deuxième partie de cette longue histoire au sein de la saga des Avengers.

Fin de partie

The Walt Disney Company

Comme son titre l’indique, Endgame (Fin de partie) clôt un cycle qui, si l’on en croit les tenants et aboutissants, aura du mal à s’en relever. Mais il ne faut pas trop en dire, pour en réserver toutes les surprises. A la fin de Infinity War, l’extraterrestre Thanos a décimé la moitié de l’univers grâce à la puissance de six pierres qui, réunies, lui ont donné une puissance incommensurable. Même tous les super-héros réunis ne sont pas parvenus à en venir à bout. Au terme de bien des efforts, Captain America, Hulk, Iron Man, Thor… vont refondre leur union sacrée contre Thanos…

Epique et psychologique

Réalisateurs du ténébreux Infinity War, Joe et Anthony Russo transforment l’essai dans ce qui peut s’apparenter au plus épique des Avengers : dans la dimension cosmique de leur mission, qui les envoie tous aux quatre coins de l’univers, et une bataille finale dantesque, à laquelle se mêlent des éléments de "fantasy". Mais le film n’ignore pas la psychologie de ces Avengers, perturbés dans leur échec, et leurs attachements sentimentaux et familiaux qui ont tendance à prendre le dessus sur leur altruisme. De ce point de vue, Hawkeye (Jeremy Renner) est le personnage le plus intéressant de ce dernier pan de la saga.

Avengers : Endgame de Joe Russo et Anthony Russo
Avengers : Endgame de Joe Russo et Anthony Russo (The Walt Disney Company)

Car il s’agit bien d’une fin. Définitive ? Elle en a bien des aspects. C’est d’ailleurs le seul film Marvel qui ne comprend pas de post-générique annonçant une suite. Mais il serait très étonnant que Disney/Marvel laisse tomber une telle franchise qui se décline pour chaque super-héros, avec ses propres films (pour les plus emblématiques). Endgame étonne une fois de plus dans l’exigence d’un script qui ne va pas dans le sens des attentes, tout en remplissant de bonheur à sa vision, tant dans son visuel, que dans son inventivité, sa cohérence et son humour omniprésent. Achevé.

Avengers : Endgame : l\'affiche
Avengers : Endgame : l'affiche (The Walt Disney Company France)

La fiche

Genre : Science-fiction
Réalisateur : Joe Russo et Anthony Russo
Acteurs :  Robert Downey Jr., Chris Evans, Mark Ruffalo, Chris hemsworth, Scarlett Johansson, Jeremmy Renner, Brie Larson, Paul Rudd, Don Cheadle, karen Gilian, Josh Brolin, Gwyneth Paltrow 
Pays : Etats-Unis
Durée : 3h01
Distributeur : The Walt Disney Company France

Synopsis
 : L'entité extraterrestre Thanos a détruit la moitié de la population terrestre et nombre d'autres planètes de l'univers. Éparpilles, les Avengers tentent de réunir leurs forces pour revenir à la charge contre lui.