"Les Frères Sisters" de Jacques Audiard survole les prix de la presse étrangère du cinéma français

Jacques Audiard a remporté trois prix pour son dernier film, "Les Frères Sisters" (meilleur film, réalisateur et image) lors de la 24e cérémonie des Lumières lundi 4 janvier à Paris, consacrée au prix décernés par la presse internationale au cinéma français. Une belle soirée qui a également rendu hommage à Jane Birkin, et à "Un homme et une femme" en présence de Claude Lelouch et Anouk Aimée.

Jacques Audiard à la cérémonie des Lumières 2019, trois fois récompensé pour \"Les Frèrees Sisters\"
Jacques Audiard à la cérémonie des Lumières 2019, trois fois récompensé pour "Les Frèrees Sisters" (ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP)
Beau plateau lundi soir à l’Institut du Monde Arabe, à Paris, où se déroule chaque année la cérémonie des Lumières, dont l’académie composée d’une centaine de correspondants de presse et critiques de cinéma étrangers, récompense le cinéma français.

Triplé pour Jacques Audiard et tandem pour Alex Lutz

C’est le formidable western "Les Frères Sisters" de Jacques Audiard ("Un prophète", "De rouille et d’os") qui a remporté la mise avec trois beaux trophées : meilleur film, meilleur réalisateur et meilleure photo (Benoît Debie). Tourné en anglais en Espagne et en Roumanie, ce western flamboyant évoque toutefois avec incandescence les paysages de l’Ouest américain. Le film bénéficie des prestations exceptionnelles de Joaquim Phoenix, Johhn C. Reilly et Jake Gyllenhall, d’un scénario très original et, effectivement, d’une magnifique photographie.
On aurait pu y ajouter le prix de la meilleure musique, signée Alexandre Desplat, mais il est revenu à Vincent Blanchard et Romain Greffe qui ont repris le style de la variété française des années 70 pour "Guy" d’Alex Lutz. L’humoriste, auteur, acteur et réalisateur a également remporté le prix du meilleur acteur pour l’interprétation de son chanteur sur le retour, dans ce premier film très réussi, succès autant public que critique.
Le Lumière de la meilleure actrice est lui revenu à Elodie Bouchez pour son rôle de femme en quête d’adoption dans le très beau "Pupille" de Jeanne Herry. Ophélie Bau, a reçu le trophée de la révélation féminine dans "Mektoub My Love" d’Abdellatif Kechiche, et Félix Maritaud, a été reconnu révélation masculine pour "Sauvage" de Camille-Vidal-Naquet.
Parmi les autres prix, celui du premier long-métrage est revenu au puissant "Jusqu’à la garde" de Xavier Legrand sur le déchirement jusqu'à la violence d’un couple qui se dispute leur enfant. Le film part également en tête des nommés au prochain César (22 février) dans dix catégories, à égalité avec "Le Grand Bain" de Gilles Lellouche, lui, totalement absent des sélectionnés aux Lumières.
Autre lauréat important, "Girl" du Belge Lukas Dhont, prix du film francophone, déjà bardé de récompense à l’international et Caméra d’or au dernier festival de Cannes.
Michel Ocelot fut également récompensé pour son splendide film d’animation "Dili à Paris" et Stefano Savona dans la section documentaires pour "Samouni Road"

Honneur à Jane Birkin, Claude Lelouch et Anouk Aimée

La soirée animée par Eve Jackson et Pierre Zéni a connu deux temps forts avec les hommages rendus à Jane Birkin et au film "Un homme et une femme" (1966), en présence de son réalisateur Claude Lelouch et interprète Anouk Aimée, avec en duplex audio Jean-Louis Trintignant.
Claude Lelouch et Anouk Aimée à la 24e cérémonie des Lumières (janvier 2019)
Claude Lelouch et Anouk Aimée à la 24e cérémonie des Lumières (janvier 2019) (ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP)
Ces derniers viennent de boucler "Les plus belles Années", deuxième suite à ce film mythique, 52 ans après l’original. Emouvant d’entendre Trintignant confier ses plus grands doutes dans ce projet qu’il a finalement accepté, et sa joie d’y avoir participé pour devenir un de ses meilleurs souvenirs de tournage. Toute discrète dans sa longue robe noire, Anouk Aimée a confirmé ses dires de sa si belle voix qui n’a pas changé d’un octave.

Jane Birkin est également montée sur scène, très en forme, vive et visiblement ravie de la reconnaissance de la part de l’Académie des Lumière pour l’ensemble de sa carrière. Elle est revenue sur ce que lui disait Serge Gainsbourg dans les années 60, comme quoi il y aurait "du boulot" à abattre pour qu’elle puisse faire carrière en France. Le job a été manifestement honoré, au-delà de toute espérance.
Jane Birkin aà la 24e cérémonie des Lumières (janvier 2019)
Jane Birkin aà la 24e cérémonie des Lumières (janvier 2019) (Anne-Christine POUJOULAT / AFP)
Impressionnant quand l’actrice, chanteuse, auteure et réalisatrice a égrainé les cinéastes et interprètes qui l’ont accompagnée dans son parcours : Jacques Deray, Alain Delon, Romy Schneider, Claude Zidi, Pierre Richard, John Guillermin, Peter Ustinov, Michel Serrault, Jacques Doillon, Michel Piccoli, Jean-Louis Trintignant, Agnès Varda, Jacques Rivette…

Tout le palmarès des 24e Lumières de la presse internationale

Les Frères Sisters (Jacques Audiard) : Meilleur film, meilleur réalisateur, meilleur photographie (Benoît Debie)

Guy (Alex Lutz) : Meilleur acteur (Alex Lutz), meilleure musique (Vincent Blanchard et Romain Greffe)

Pupille (Jeanne Herry) : Meilleure actrice (Elodie Bouchez)
Les lauréats de la 24e cérémonie des Lumières sur scène (janvier 2019)
Les lauréats de la 24e cérémonie des Lumières sur scène (janvier 2019) (IMA photo Thierry Rambaud)
Mektoub my Love (Abdellatif Kechiche) : Révélation féminine (Ophélie Bau)

Sauvage (Camille-Vidal-Naquet) : Révélation masculine (Félix Mariteau)

Jusqu’à la garde : Meilleur premier film (Xavier Legrand)

Girl : Meilleur film francophone (Lukas Dhont, Belgique)

En liberté (Pierre Salvadori) : Meilleur scénario (Pierre Salvadori, Benoît Graffin et Benjamin Charbit)

Samouni Road : Meilleur documentaire (Stefano Savona)

Dilili à Paris : Prix de l’animation (Michel Ocelot)