Producteur de musique tabassé : d'Aya Nakamura à Mathieu Kassovitz, de Dadju à Alexandra Lamy, les artistes expriment leur indignation

Après le passage à tabac d'un producteur de musique par des policiers, dont les images ont été révélées dans une vidéo accablante, de nombreux artistes ont réagi ces dernières heures.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
La chanteuse Aya Nakamura à Paris le 11 novembre 2020.  (FRED DUGIT / MAXPPP)

"Nous continuerons à filmer la police", "Courage Michel", "Choquant": comme Aya Nakamura et Mathieu Kassovitz, les artistes, après les sportifs, expriment dégoût et soutien après le passage à tabac du producteur Michel Zecler par des policiers, survenu samedi dernier.

Aya Nakamura n'a posté qu'un bref message sur Twitter, accompagné de la vidéo du tabassage signée du média Loopsider, déjà vue plus de 38 millions de fois: "Merci aux caméras et courage à Michel". Son tweet n'a pas la force des mots du footballeur Antoine Griezmann - qui avait twitté jeudi "J'ai mal à ma France" - mais il va faire quand même du bruit, car il est signé de la chanteuse française la plus diffusée dans le monde. L'interprète de Djadja compte plus de 2,5 millions d'abonnés sur Instagram et près d'un million de suiveurs sur Twitter.

Stomy Bugsy appelle "un chat un chat"

Le producteur de musique Michel Zecler, 41 ans, est bien connu dans le milieu du hip-hop, ayant notamment été un des producteurs dès 2016 de la tournée "L'âge d'or du rap français", qui réunissait les vedettes des années 1990 comme Ménélik, Stomy Bugsy, Passi, Sages Poètes de la rue, Assassin, etc.

"Je connais Michel depuis plus de 15 ans, il a été le producteur avec Valou (Valérie Atlan, productrice historique du rap français, ndlr) de L'âge d'or du rap français et de la tournée du Secteur A (collectif de rappeurs)", expose d'ailleurs sur Instagram Stomy Bugsy, qui fulmine: "Agressé chez lui par la police parce qu'il est noir. Il faut appeler un chat un chat !" et appelle au retrait de la loi Sécurité globale.

"Nous continuerons à filmer la police", assure Mathieu Kassovitz

L'onde de choc provoquée par les images a touché au-delà de la sphère rap. "Cette vidéo ultra-violente est la raison pour laquelle nous continuerons à filmer la police", a réagi l'acteur et réalisateur Mathieu Kassovitz sur Instagram. "Nous verrons bien s'ils peuvent nous mettre en prison quand nous aurons les preuves de leurs crimes", enchaîne-t-il, en référence à la proposition de loi controversée, dite "sécurité globale", initiative vivement combattue par des ONG et syndicats de journalistes.

La Société des réalisateurs de films (SRF) juge d'ailleurs cette proposition de loi "dangereuse et liberticide: les événements qui se sont déroulés à Paris ces derniers jours, le démantèlement dans la violence d'un camp d'exilés par les forces de l'ordre, le passage à tabac d'un producteur de musique par (des) policiers (...) nous rappellent pourtant encore une fois la nécessité des images, seul recours pour les victimes".

L'actrice Alexandra Lamy s'était indignée dès jeudi sur Twitter. "Hier journée internationale contre la violence à l'égard des femmes et des enfants, Emmanuel Macron demande aux victimes de ne pas hésiter à appeler la police, heu pas sûre que ces images les rassurent. Dites moi, ces hommes ne sont pas des policiers, nous sommes bien d'accord", ironise-t-elle au-dessus d'images montrant Michel Zecler frappé.

"C'est tellement la honte pour (ces) policiers, mais aussi pour nous, pour notre pays !", se désole également l'acteur et réalisateur Guillaume Canet sur Instagram.

Dadju, Benjamin Biolay et le directeur de la Sacem

Pour en revenir au monde musical, Dadju, l'un des plus gros vendeurs de disques en France, frère de Gims, a posté une story sur Instagram avec une photo du visage ensanglanté du producteur.

Benjamin Biolay, par le même biais, a diffusé des photos de la scène captée par les caméras avec cette mention "insupportable, choquant, injuste, fou".

Le directeur général de la Sacem (Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique) Jean-Noël Tronc, "profondément choqué par ces images insupportables", a soutenu sur Twitter "Michel Zecler dont la dignité extrême dans sa réaction est une leçon de démocratie et de courage". "Au-delà des faits individuels, une question de fond se pose pour la République et la diversité qui fait notre force", ajoute-t-il. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.