"Pieces of a woman" : stupéfiante Vanessa Kirbyen en deuil périnatal dans le nouveau film de Kornél Mundruczó

Sorti le 7 janvier sur Netflix, "Pieces of a woman" du réalisateur hongrois Kornél Mundruczó est le récit d'un deuil périnatal qui bouleverse la vie d'une famille. 

Article rédigé par
Jérémie Laurent-Kaysen - franceinfo Culture
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Martha, interprétée par Vanessa Kirby, dans "Pieces of a woman".  (NETFLIX)

Pieces of Woman est le nouveau drame de Kornél Mundruczó (Delta, White God, La Lune de Jupiter), sorti récemment sur Netflix. Récompensé à la Mostra de Venise, il raconte l’histoire d’un couple meurtri par la perte de leur enfant lors de sa naissance. 

"- J’ai promis à ma fille qu’elle inaugurerait ce pont. - Celle qui n’est pas encore née ? - Exact !". Dès les premières minutes du film, le ton est donné. Sean Carson (Shia Labeouf) s’agite sur le chantier d’un pont qu’il est en train de construire avec son équipe à Boston. Le ciel est gris, il fait déjà froid pour un mois de septembre et le futur père de famille exprime sa joie au sujet de la naissance de sa fille qui approche. Sa petite amie, Martha (Vanessa Kirby), fête son départ en congé maternité avec ses collègues de bureau. Plus tard, la jeune femme signe les papiers d’une nouvelle voiture offerte par sa mère (Ellen Burstyn). "Elle a acheté un mini van pour m’émasculer", râle Sean devant sa compagne amusée. Le couple est uni, heureux, semble invincible. Les premiers plans de Pieces of a woman brouillent les pistes d’un futur drame, qui ne tarde pourtant pas à arriver.

Eprouvant et intense 

Dès le début du film, la tension monte d’une manière fulgurante, avec la première contraction de Martha qui veut accoucher chez elle. Un long plan séquence d’une vingtaine de minutes déploie un ascenseur émotionnel particulièrement efficace. Les événements s’enchaînent : leur sage-femme Barbara est occupée, une autre prend sa place, les contractions s’intensifient, le couple s’embrasse, la tête du bébé apparaît. La caméra se promène de pièce en pièce dans cet appartement aux couleurs chaudes et chaleureuses. Elle ne filme pas tant le corps de cette femme qui accouche, mais les visages, les expressions des personnages : la joie et la douleur de la mère, la tendresse et l’anxiété du père, la bienveillance puis la peur de la sage-femme. Et puis il y a le lien entre les futurs parents, si bien saisi par les images de mains à la fois mêlées, caressées et abandonnées.

Ce plan séquence fait la force de cette entrée de jeu qui saisit à la gorge. Le spectateur est entraîné dans l’agitation de la naissance, l’angoisse de son mauvais déroulement et une vague de tristesse dès que les sirènes de l’ambulance retentissent et mettent fin à la scène.

Martha (Vanessa Kirby) face à sa sage femme (Molly Parker) dans "Pieces of a woman".  (BENJAMIN LOEB / NETFLIX)

Une mère forte et fantomatique

En dehors de ce début saisissant, c’est surtout le jeu de Vanessa Kirby qui fait la force du film. Son personnage, Martha, souffre en silence. Elle veut oublier et tout effacer pour faire son deuil. Sa mère et son conjoint extériorisent leur peine et veulent "que quelqu’un paye pour cette atrocité". Sean ne cherche pas tant à comprendre la douleur de sa femme. Elle passe pour folle dans cet entourage qui s’agite et veut réparation. Habillée de rouge et non de noir, Martha est la seule à errer comme une âme perdue, enfermée dans son mutisme. Elle nage à contre-courant.

Connue pour son rôle de Margaret, soeur de la reine Elizabeth dans The Crown, Vanessa Kirby est à mille lieues du registre de la princesse gâtée qu’elle a interprété. Elle incarne ici avec une grande justesse ce personnage martyr, vidé de son essence. Un rôle récompensé par la coupe Volpi de la meilleure actrice à la  Mostra de Venise en 2020.

Des personnages qui manquent de profondeur

Mois après mois, la descente aux enfers des personnages est dépeinte par le menu. Mais à l’exception de Martha, les autres protagonistes manquent de relief et de profondeur, à l’image de la deuxième partie du film. Le mari joue son rôle d’homme viril, violent, qui trouve très rapidement du réconfort dans les bras d’une autre. La mère, riche, veut tout régler à coup de chéquier.

Comment se relever après une telle épreuve, après la perte d’un enfant ? Faut-il absolument que quelqu’un paye pour ce décès, probablement involontaire ? Ce sont les questions qui tournent autour des personnes pendant près d’une heure et demi. Si le sujet est fort, l’intrigue est lente et le dénouement prévisible.

Affiche de "Pieces of a woman" de Kornél Mundruczó. (NETFLIX)

La fiche

Genre : Drame 

Réalisateur : Kornél Mundruczó

Acteurs : Vanessa Kirby, Shia LaBeouf, Ellen Burstyn

Pays : Américain, Canadien, Hongrois

Durée : 2h06

Sortie : 7 janvier 2021

Distributeur : Netflix

Synopsis : Vivant à Boston, Martha et Sean Carson s’apprêtent à devenir parents. Mais la vie du couple est bouleversée lorsque la jeune femme accouche chez elle et perd son bébé, malgré l’assistance d’une sage-femme, bientôt poursuivie pour acte de négligence. Martha doit alors apprendre à faire son deuil, tout en subissant une mère intrusive et un mari de plus en plus irritable. Mais il lui faut aussi assister au procès de la sage-femme, dont la réputation est désormais détruite. Pieces of a Woman est une chronique intimiste et déchirante de la vie d’un couple, et le portrait bouleversant d’une femme qui doit apprendre à faire son travail de deuil.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.