Mort de l'acteur indien Dilip Kumar, l'un des monstres sacrés de Bollywood, à l'âge de 98 ans

Il était "le roi de la tragédie" du cinéma indien et a tourné dans une soixantaine de films : Dilip Kumar est mort mercredi à l'âge de 98 ans. Une disparition qui a suscité une pluie d'hommages en Inde.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 2 min.
L'acteur indien Dilip Kumar en mai 2004 à Singapour. (ROSLAN RAHMAN / AFP)

Il fut un monstre sacré de l'âge d'or de Bollywood, au sortir de la partition entre l'Inde et le Pakistan, de 1947 jusqu'aux années 1960 : Dilip Kumar, l'une des plus grandes stars du cinéma indien, est décédé mercredi à l'âge de 98 ans. 

Surnommé "le roi de la tragédie" pour sa gravité naturelle, il a tourné en plus d'un demi-siècle dans près de soixante films, jouant les premiers rôles dans certaines des productions indiennes les plus emblématiques de la période.

Il aurait pu être la tête d'affiche de Lawrence d'Arabie

Mais il a probablement manqué l'opportunité d'une carrière internationale en refusant la proposition de David Lean d'incarner Chérif Ali dans Lawrence d'Arabie, sorti en 1962. C'est finalement Omar Sharif qui accepta le rôle.

Mohammed Yusuf Khan, son vrai nom, nait le 11 décembre 1922 à Peshawar, une ville aujourd'hui située dans le nord du Pakistan qui faisait alors partie de l'Inde britannique. Son père, un marchand de fruits, emmène dans les années 1930 sa famille à Bombay.

Le jeune homme se refuse à reprendre le commerce familial après avoir été repéré par l'actrice Devika Rani qui lui permet de tourner en 1944 dans son premier film, Jwar Bhata. Elle le persuade de changer de nom afin de se lancer dans le cinéma à l'insu de son père qui n'approuvait pas cette carrière.

L'une de ses performances les plus célèbres reste son rôle dans Mughal-e-Azam, l'un des plus grands succès du cinéma indien sorti en 1960 qui narre l'histoire légendaire d'un amour impossible entre un prince moghol et son esclave.

Un acteur rare, exigeant et charismatique

Dans les années 1970, au moment où une nouvelle génération d'acteurs, comme la mégastar de Bollywood Amitabh Bachchan, émerge, il tourne moins, au point même de ne plus apparaître dans aucun film pendant cinq ans, avant son retour en 1981 avec Kranti (Révolution), un autre succès.

Contrairement à d'autres acteurs de Bollywood qui ont joué dans des centaines de films, Dilip Kumar, bien que polyvalent dans ses rôles, choisissait avec soin ses projets, ce qui ne fit que renforcer son aura dans une industrie cinématographique très concurrentielle.

Succès aussi dans le domaine politique

A la fin des années 1990, il s'impliqua davantage en politique en acceptant d'oeuvrer à la réconciliation entre l'Inde et le Pakistan. Deux ans plus tard, il fut élu parlementaire dans les rangs du Parti du Congrès, alors dans l'opposition.

Encensé par la critique, il ne cessa de se dire stupéfait par sa réussite. "Honnêtement, j'ai toujours du mal à comprendre comment un jeune homme timide nommé Yusuf Khan est devenu l'acteur Dilip Kumar", déclara-t-il à The Hindustan Times dans une interview pour son 85e anniversaire.

Son décès a été annoncé mercredi " le coeur lourd d'une profonde tristesse" par un ami de la famille, Faisal Farooqui, qui utilisait le compte officiel de l'acteur, souffrant depuis plusieurs années.

L'acteur indien Dilip Kumar dans le film Mughal -E-Azam en 1960. (RONALD GRANT / MARY EVANS / SIPA)

"Pour nous les acteurs, il était Le Héros"

Le Premier ministre Narendra Modi a rendu hommage à "une légende cinématographique". "Il avait été doté d'un brio sans égal. Sa disparition est une perte pour notre monde culturel", a-t-il dit dans un tweet.

"Aux yeux du monde, beaucoup d'autres peuvent être des héros", a déclaré Akshay Kumar, une autre superstar de Bollywood. "Pour nous les acteurs, il était Le Héros".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Cinéma

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.