Cet article date de plus d'un an.

Mort de Charlotte Valandrey : "Je n'avais pas d'autre choix que de lui pardonner", quand l'actrice se confiait sur le VIH

Charlotte Valandrey avait révélé sa séropositivité en 2005 dans son autobiographie "L'Amour dans le sang".

Article rédigé par France Info - Elodie Suigo - édité par Clémentine Sabrié
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
L'actrice Charlotte Valandrey a été faite chevalier de l'Ordre des Arts et des Lettres, le 10 avril 2013 (PIERRE ANDRIEU / AFP)

"Je ne veux pas qu'il me pourrisse la vie." "Il", c'est le "virus", comme elle présentait : le VIH. C'est de cette manière dont Charlotte Valandrey en parlait, en 2018, au micro d'Élodie Suigo sur franceinfo.

>> Mort de Charlotte Valandrey : le monde du cinéma salue le "courage" de l'actrice

L'actrice révélée dans le film Rouge baiser est morte mercredi 13 juillet 2022. Dans son autobiographie L'Amour dans le sang, publiée en 2005, elle révélait être atteinte du VIH, le virus responsable du Sida, depuis ses 17 ans.  

"Je réagis en mode de survie en fait", confiait Charlotte Valandrey à franceinfo. "Je fais mes prises de sang régulièrement, le virus ne bouge pas, il est tranquille." L'actrice suit une tri-thérapie qui épuise son coeur. En 2003, elle est la première personne séropositive à recevoir une greffe de coeur en France. Mais, cinq ans plus tard, elle est victime d'un infarctus. Son coeur cesse de battre pendant 22 secondes.

Son coeur arrivait en bout de course ces derniers mois. Sur Instagram, la comédienne écrit "en attente de mon 3e", le 8 juin dernier. Elle est opérée dans la foulée, mais "son troisième coeur n'a pas vécu", expliquent sa fille, sa soeur et son père dans un communiqué, mercredi 13 juillet.

"Je ne veux pas qu'il me prenne si tôt"

Au sujet du VIH, l'actrice de la série Les Cordier, juge et flic expliquait : "Je lui dis régulièrement de se tenir tranquille. Je ne fais pas attention à lui, parce que je ne veux pas qu'il existe, je ne veux pas qu'il me pourrisse la vie, je ne veux pas qu'il me prenne si tôt."

Interrogée sur la personne qui l'a contaminée, Charlotte Valandrey parlait seulement d'un "prince gothique", membre d'un groupe de rock connu. Il ne savait pas qu'il était positif au VIH, selon elle. "Dès qu'il l'a appris, il m'a demandé d'aller faire un prise de sang", se souvenait-elle sur franceinfo. "Je ne lui ai pas pardonné en cinq minutes, mais avec le temps je n'avais pas d'autre choix que de lui pardonner."

Les associations de lutte contre le Sida lui ont rendu hommage sur Twitter après son décès. Le Sidaction a salué "une grande et inlassable témoin de la vie avec le VIH et a ainsi permis de faire avancer le combat contre la stigmatisation". Aides a rappelé que Charlotte Valandrey "a maintes fois contribué à [leurs] côtés à lutter contre le VIH et les discriminations subies par les personnes qui vivent avec."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.