"Les films où il se passe des choses terrifiantes sont amusants à tourner" : Isabelle Huppert joue une psychopathe dans "Greta"

Le film en anglais réalisé par Neil Jordan sort en salles mercredi 11 juin.

Isabelle Huppert au Festival de Cannes, en mai 2019.
Isabelle Huppert au Festival de Cannes, en mai 2019. (FRED DUGIT / MAXPPP)

Isabelle Huppert incarne une femme psychopathe dans un film tourné en anglais, Greta de Neil Jordan qui sort en salles mercredi 11 juin. La star française prend un évident plaisir à jouer dans ce film d'horreur : elle est Greta, une veuve vivant à New York qui va harceler jusqu'à la folie une jeune femme qui a eu le malheur de lui rapporter un sac égaré dans le métro.

franceinfo : Vous jouez un personnage difficile à cerner au départ. Comment le qualifieriez-vous ?

Isabelle Huppert : Elle n'est pas du tout présentée sous un jour pervers. C'est même au-delà de la perversité : c'est une folle complète, une psychopathe et une serial killer. Mais elle se présente sous un jour très avenant, comme souvent. Quand on lit un fait divers, souvent on regarde la photo des gens et on se dit : "Comment est-ce qu'on peut déceler la monstruosité derrière une apparence qui est toujours, au fond, normale ?" Donc, elle appartient très clairement à cette catégorie. Peut-être encore plus parce que c'est une femme. Je ne dis pas que les hommes seraient porteurs de monstruosité, mais la violence on l'accepte toujours plus difficilement de la part d'une femme. Une femme qui se trouve être moi et qui, a priori, ne fait pas spécialement peur.

Pourtant au début du film, on est dans une histoire presque normale...

Oui, on ne soupçonne pas l'insoupçonnable. Mon personnage est particulièrement effrayant. Elle est très stratège. Ce n'est pas quelqu'un qui agit sous l'effet d'une pulsion, ce ne sont pas des crimes passionnels. Il y a une organisation très pensée. Donc, tout ce qu'on découvre au fur et à mesure est assez terrifiant.

Avez-vous pris du plaisir à jouer ce personnage ?

C'était assez amusant à faire. Les films où il se passe des choses terrifiantes sont toujours amusant à tourner parce qu'on mesure encore plus ce qu'il y a de faux au cinéma. On comprend là que le cinéma, c'est vraiment faire semblant, et heureusement. Plus l'écart entre le vrai et le faux est important et plus c'est amusant à faire. Le cinéma, ce n'est pas la réalité, c'est une mise en forme de ce que les gens peuvent sentir ou vivre. C'est de la forme, pas une reproduction exacte de la réalité.