Le Festival du film policier quitte Beaune et cherche "ville aimant le cinéma, le polar et le talent"

Le coût jugé "élevé" de la manifestation, devenue moins rentable, serait une des causes de cette rupture entre le Festival du film policier et la ville de Beaune.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Bruno Barde lors de la  45e édition du Festival de Deauville, le 14 septembre 2021 (DANIEL FOURAY / MAXPPP)

Le Festival international du film policier de Beaune (Côte-d'Or) va quitter la capitale des vins de Bourgogne, a-t-on appris jeudi 21 auprès de la mairie. Le festival, qui s'était d'abord installé à Cognac (Charente) de 1982 à 2007, avait déjà dû déménager, à Beaune, en 2008.

"On a annulé l'année dernière à cause du Covid-19. Cette année, on ne souhaite plus travailler avec la ville de Beaune, et d'ailleurs j'en profite pour lancer un appel : nous cherchons une ville qui, après Cognac et Beaune, accueillerait 35 ans de cinéma policier, mais qui aime le cinéma, le polar et le talent", a déclaré Bruno Barde, directeur du festival, sur France Inter.

"Il y avait des désaccords"

"Le festival nous a notifié sa décision par courrier", a indiqué à l'AFP l'adjointe à la culture de Beaune, Charlotte Fougère. Aucune raison n'a été donnée mais l'adjointe reconnaît à demi-mots que les relations étaient devenues difficiles ces dernières années.

"Il y avait déjà des désaccords", a-t-elle dit, sans plus de précisions. Le coût jugé élevé du festival (environ 800.000 euros par an) n'était pas ces dernières années rentabilisé, le festival beaunois n'ayant jamais connu la fréquentation de celui de Deauville par exemple, autre événement géré par Bruno Barde.

"Une opportunité pour se réinventer"

Sur cinq jours et présentant près de 40 films par édition, le festival réunissait chaque année 13.000 spectateurs environ, se targuant d'avoir eu pour invités les cinéastes David Cronenberg, Bertrand Tavernier, Brian De Palma, Park Chan-wook, David Lynch...

"Le festival de Beaune a connu dix belles années mais il faut bien avouer qu'il n'avait plus le rayonnement du départ", a lâché Charlotte Fougère. 

"La ville de Beaune, c'est la ville du cinéma et de la musique.  Un réseau de partenaires nous a déjà fait des propositions pour la suite", a confié Charlotte Fougère à France 3 Bourgogne Franche-Comté. Pour l'adjointe à la culture, la fin du festival du film policier est en tout cas une "opportunité pour se réinventer". 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.