"Last dance !", un film sur le vieillissement heureux

Le film franco-belge "Last dance !" de Delphine Lehericey, dont la sortie au cinéma est prévue pour le 20 septembre, a été projeté au Festival du film francophone d'Angoulême.
Article rédigé par Léna Thobie-Gorce
France Télévisions - Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 1 min
François Berléand et Astrid Whettnall sont à l'affiche du prochain film de Delphine Lehericey, "Last Dance !" (France 3 Poitou-Charentes : I. Hirsch / S. Pascal / R. Regis / R. Marion) (EPICENTRE FILMS)

Le Festival du film francophone d'Angoulême a rendu hommage au cinéma belgo-suisse avec la projection de Last Dance !. Primé au Festival de Locarno l'été dernier, le nouveau film de la réalisatrice Delphine Lehericey interroge à la fois les thèmes du deuil, de la vieillesse, mais aussi du rapport au corps.

Film Last Dance -
Film Last Dance Film Last Dance - (France 3 Poitou-Charentes : I. Hirsch / S. Pascal / R. Regis / R. Marion)

François Berléand (Les Choristes, Magnificat) incarne Germain, récemment veuf à 75 ans. Son entourage inquiet, le croit incapable de gérer son quotidien. Pourtant, Germain est bien décidé à faire son deuil à sa façon. En effet, pour tenir une promesse faite avec sa femme, il rejoint une troupe de danse contemporaine. Une activité qui va le pousser à se bouger et à s'ouvrir aux autres.

L'histoire d'un lâcher prise

Dans son film, la réalisatrice Delphine Lehericey s'interroge sur le fait de vieillir et montre qu'il existe des vieillissements heureux. "L'idée dans le parcours du personnage, c'est de rester curieux, de devenir une meilleure personne. Et si on devient une meilleure personne en se connaissant mieux, on va être mieux avec les autres, il va y avoir un effet boule de neige. Plutôt que de se dire, je suis vieux, j'ai mal, ça sert à rien et croire qu'on n'a plus de désir, qu'on n'existe plus, qu'on est invisibilisé, on peut changer de dynamique."

Le défi pour Germain, c'est aussi de se lancer dans une activité qui est aux antipodes de ce qu'il est. Il doit donc dépasser ses peurs et ses hontes, selon François Berléand. "D'un coup, il y a un basculement dans le film. À un moment, on le sent bien quand justement, il n'a plus peur, il voit les autres et ça y est, il n'a plus honte, il n'a plus peur du ridicule et finalement, il se lache, c'est le lacher-prise", raconte l'acteur. La sortie du film au cinéma est prévue pour le 20 septembre 2023.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.