La Cinémathèque française lance une plateforme pour visionner gratuitement des films rares en temps de confinement

La Cinémathèque propose chaque soir sur sa nouvelle plateforme Henri une nouvelle pépite cinématographique tirée de sa collection. Elle propose aussi plus largement des dizaines de master class avec des réalisateurs.trices de premier plan.

Le cinéaste américain Martin Scosese sur le tournage du film \"Le Temps de l\'innocence\", le 3 octobre 1993.
Le cinéaste américain Martin Scosese sur le tournage du film "Le Temps de l'innocence", le 3 octobre 1993. (DPA / AFP)

Elle s'appelle Henri et c'est la nouvelle plateforme proposée par la Cinémathèque française pour visionner gratuitement des films rares en temps de confinement. Ces films font tous partie de "ceux que la Cinémathèque a restaurés au cours des vingt dernières années". Chaque soir à 20h30, un film est ajouté sur cette plateforme baptisée Henri en souvenir d'Henri Langlois, le père fondateur de cette institution. 

"Cette mise en ligne d'une infime partie de notre collection répond bien sûr à un contexte très particulier (...) mais aussi à la volonté de diffuser le plus largement possible quelques pépites méconnues du patrimoine cinématographique", écrit sur le site le directeur général de la cinémathèque Frédéric Bonnaud.

Quelques pépites méconnues

Trois films du cinéaste Jean Epstein (1897-1953), dont l'oeuvre "offre un nuancier de puissances formelles du cinéma : vitesses, durées, formes plastiques, narratives et descriptivessont déjà mises à disposition : La Chute de la maison Usher (1923), Le Tempestaire (1947) et La Glace à trois faces (1927).

Deux films du réalisateur géorgien Otar Iosseliani, né en 1934, connu pour son oeuvre "étrangement poétique, délicatement burlesque et ironique, nourrie chez René Clair, Buster Keaton et Jacques Tati", sont également au menu. Avril (1961) et Un petit monastère en Toscane (1988). 

Enfin, quatre films sont déjà proposés dans la thématique Avant-gardes et incunables : Nous les gitans d'Alberto Spadolini (1950), Soleil de Pierre Clémenti (1988), Surprise Boogie d'Albert Pierru (1956) et Jeux Arborescents d'Emile Malespine (1931).

A voir aussi : des masters class et des rencontres

En temps de confinement, le site de la Cinémathèque propose également quelque 800 vidéos : leçons de cinéma avec les plus grands cinéastes, acteurs, actrices et technicien.nes au monde ; essais ; conférences.... On peut notamment écouter et voir Martin Scorsese, Agnes Varda, David Lynch, Brian de Palma, Jane Fonda, Sergio Leone, Isabella Rosselini, Alejandro Jodorowsky, Juliette Binoche ou Ettore Scola.