Cet article date de plus de deux ans.

L'acteur Liam Neeson déclare avoir eu envie de "tuer" un "bâtard noir" pour venger une amie violée

L'acteur star de "Gangs of New York" et "Taken" assure profondément "regretter" cette "envie de vengeance".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
L'acteur britannico-américain Liam Neeson, à New York, le 26 mars 2012. (LUCAS JACKSON / REUTERS)

L'acteur britannico-américain Liam Neeson a confié au journal The Independent (en anglais) avoir eu envie de "tuer" un Noir pour venger un viol dont une personne de son entourage avait été victime. Il assure profondément "regretter" sa pensée aujourd'hui. "C'est horrible, horrible, quand j'y repense, d'avoir fait ça", assure la star de La Liste de Schindler, Gangs of New York et Taken

L'acteur de 66 ans s'est livré au journal dans le cadre d'une interview réalisée à New York pour la promotion du film Sang froid, où il incarne un père qui décide de venger le meurtre de son fils par un cartel de la drogue. Durant cet entretien, Liam Neeson raconte qu'il y a plusieurs années, une de ses proches, non identifiée par l'acteur, a été victime d'un viol. "J'ai demandé : savait-elle qui a fait ça ? Non. De quelle couleur ils étaient ? Elle a répondu que c'était un homme noir."

J'ai honte de le dire. J'ai parcouru les rues avec une matraque en espérant être approché par quelqu'un. J'ai fait ça pendant peut-être une semaine, en espérant qu'un 'bâtard noir' sortirait d'un pub pour me chercher des noises. Comme ça j'aurais pu... Le tuer.

Liam Neeson, acteur

à "The Independent"

Tollé sur les réseaux sociaux

Dès la publication de l'article, de nombreuses personnes ont réagi sur les réseaux sociaux. "Liam Neeson n’est qu’un autre exemple de la longue histoire des hommes blancs qui maquillent leur racisme et leur violence envers les hommes noirs derrière un service rendu aux femmes. Il n’a jamais été question pour eux de protéger les femmes, mais plutôt de défendre leur propre domination et leur droit d’oppression", écrit une internaute, citée par Vanity Fair.

"Est-ce que Will Smith pourrait confesser qu'il a marché toute une semaine dans les rues de Los Angeles pour tuer des personnes blanches au hasard ?" s'interroge un éditorialiste du New York Times.

L'acteur n'en est pas à sa première interview polémique. L'an passé, il avait estimé, à la télévision irlandaise, qu'il y avait "un peu une chasse aux sorcières" à Hollywood après les nombreuses accusations de harcèlement et agressions sexuelles formulées dans le sillage de l'affaire Weinstein"On fait tous du profilage racial. C'est horrible à admettre mais on le fait tous. Je sais que moi je le fais", avait-il également déclaré au Guardian en 2014.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Cinéma

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.