"Les Minions 2 : il était une fois Gru": un film rocambolesque à l'humour potache irrésistible

Les Minions sont à l'affiche à partir du 6 juillet pour un second volet haut en couleurs. Ce nouveau préquel, intitulé "Il était une fois Gru", revient sur les débuts de l'anti-héros de "Moi, Moche et Méchant", accompagné de ses petits serviteurs jaunes aux salopettes dénim.

Article rédigé par
Louise Fretet - franceinfo Culture
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
"Les Minions 2 : Il était une fois Gru" en salles de cinéma le 6 juillet 2022. (UNIVERSAL PICTURES - ILLUMINATIO / COLLECTION CHRISTOPHEL VIA AFP)

"Je veux devenir un super méchant", assure avec fierté le jeune Gru à sa maîtresse devant toute la classe. Une réponse qui lui vaut les moqueries de ses camarades. Gru est bien différent des autres enfants de son âge, vêtu de son habit noir et de son écharpe grise, il est déjà à la tête d'une horde de Minions. Ces petites créatures jaunes n'ont qu'un seul but : servir tant bien que mal leur "miniboss" de 11 ans dans son ascension vers le mal.

Gru rêve de devenir le plus méchants de tous les méchants. Pour y arriver, il compte intégrer son groupe de super vilains préféré, les Vicious 6. Le petit garçon passe alors un entretien au siège du clan pour en devenir le nouveau membre. Finalement recalé par sa cheffe, Belle Bombe, Gru est bien décidé à lui prouver qu'il "peut être très méchant". Et pour ce faire Gru dérobe leur plus précieux trésor, une amulette chinoise, "la pierre du Zodiaque", enfermant des monstres aux pouvoirs magiques. Ce vol lui vaudra une course poursuite à travers les Etats-Unis avec ceux dont il est devenu le premier ennemi. Mais les Vicous 6 ne sont pas les seuls à vouloir récupérer "la stona" (en langage Minions). Wild Knuckles, ou Monsieur Karnage, l'idole de Gru, est aussi sur le coup. Dans cette guerre de gangsters, les Minions vont devoir jouer un rôle décisif et porter secours à leur maître.

Un petit nouveau dans un décor vintage

Dans ce nouvel opus réalisé par Kyle Badla, un petit nouveau rejoint Kevin, Stuart et Bob, le trio hilarant des Minions et acolytes de Gru : Otto, un Minion rondouillard avec un appareil dentaire. Très bavard et un peu lèche-botte, Otto a tendance à agacer son "miniboss" et ses trois autres compagnons. L'intrigue est d'ailleurs en partie liée à l'une de ses grosses gaffes dont il devra assumer les conséquences...

Après le Swinging London du premier film, ce flashback retraçant l'évolution des personnages jaunes et de leur chef au nez crochu se déroule dans le décor hippie et seventie de San Francisco. Les vans colorés, fleurs psychédéliques, looks rétros et flashys, pantalons patte d'eph et vinyles disco des années 1970 se fondent subtilement dans le cadre. Le dessin animé affiche un graphisme de plus en plus travaillé, avec de jolis visuels et un univers loufoque. L'histoire, elle, est bien moins Peace and Love que le décor - même si les méchants ne font pas si peur.

On prend les mêmes et on recommence

Ce second volet ne change pas de formule, au risque de la répétition. Mais avec les Minions, plus c'est gros et plus ça passe. Même quand ils sont aux commandes d'un avion, tout finit toujours bien. Alors rien de nouveau sous le soleil concernant les gags : un humour enfantin qui joue sur le rire de répétition. Et ça ne fait pas rire que les enfants.

La force des Minions 2, c'est aussi les clins d'oeil à la trilogie Moi, Moche et Méchant. L'histoire revient, par exemple, sur la rencontre entre Gru et le Docteur Nefario, savant fou créateur de gadjets devenu son bras droit. Un autre passage du film montre Kevin, Stuart et Bob apprendre le kung-fu ; vêtus de combinaisons jaunes et noires, ils nous rappellent les personnages des films Shaolin Soccer et Kill Bill. Les références musicales foisonnent aussi : Born to be alive de Patrick Hernandez, Turn Up The Sunshine de Diana Ross, Funkytown de Lipps Inc, ou encore la reprise par les Minions du tube You Can't Always Get What you Want des Stones.

Un film d'action... mais pas que

Il était une fois Gru propose de nombreuses scènes d'action, jalonnées de gags. Rapidement happé par le film, on ne voit pas le temps passer. Mais si l'ensemble de la comédie animée est fluide, débouchant sur une scène finale explosive, il est parfois difficile de suivre le ryhtme tant les actions s'enchaînent.

Au final un duo charmant se forme à l'écran. On suit Gru et son antagoniste, devenu son mentor du vice, lui apprendre les techniques pour être un vrai méchant. Ils n'hésiteront pas à braquer, ensemble, la célèbre Bank of Evil. Des liens vont se tisser et créer un binôme attendrissant. "Tu peux viser la lune", dira-t-il à Gru. Un conseil que le jeune anti-héros semble avoir pris au pied de la lettre...

La fiche

Genre : Animation, Action, Comédie, Famille
Réalisateur : Kyle Balda
Pays : Etats-Unis, France, Japon
Doublage : Gad Elmaleh, Steve Carell, Gérard Darmon
Durée : 1h28
Sortie :  6 juillet 2022
Distributeur : Illumination Entertainment

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Films d'animation

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.