Cet article date de plus d'un an.

A Besançon, le réalisateur de films d’animation Shawy nous ouvre les portes de son studio de création

Jean-Louis Pêcheur, alias Shawy, est un jeune réalisateur franc-comtois de films d’animation. Il a réalisé plusieurs clips pour des musiciens et rêve désormais de développer ses propres projets. Rencontre dans son studio pour évoquer ses techniques de création.

Article rédigé par Stéphane Hilarion
France Télévisions - Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Le réalisateur Jean-Louis Pêcheur, alias Shawy. (CAPTURE D'ÉCRAN FRANCE 3 / M. GESIOT)

Shawy nous reçoit dans son antre à Besançon. Le réalisateur de films d’animation travaille sur un nouveau clip en utilisant la technique du stop motion, ou animation image par image. Une technique exigeante qui demande beaucoup de précision, et de patience.

Portrait Shawi animation
SHAWI animation Portrait Shawi animation (France 3 Franche-Comté : F. Cicolella / M. Gesiot / E. Dubuis)

Pour cette fois, il utilise du papier découpé pour illustrer une chanson de Thomas Caruso Aragona. Papier donc, mais aussi pâte à modeler, personnages Lego ou poupées, Shawy explore tout un tas de matières et de techniques.

Du bois à l'image

Formé à l’ébénisterie au lycée avant de bifurquer vers le dessin, il voit certaines similitudes entre le travail du bois et son activité de réalisateur : "Quand on crée un meuble, on peut faire des recherches dans la peinture, dans l’art qui existe déjà, des meubles qui existent déjà. Et puis, on dessine, on fait des croquis pour se donner une idée, et après on va plus dans le détail, on fait un plan, on réfléchit aux assemblages, aux matières que l’on va utiliser, et on fait le meuble".

En 2020, Shawy a été récompensé pour son court métrage La catAstrophe ou la chaRade, mais depuis il s’est concentré sur ses collaborations avec d’autres artistes pour qui il réalise des clips, notamment pour Carl Vermont dernièrement : "Ça me plaît de travailler avec d’autres artistes, il y a un échange vraiment chouette. Cette dernière année, j’ai fait beaucoup de clips, donc j’ai travaillé beaucoup pour les autres et peu pour moi. Donc, il y a une part de frustration quand même, et j’ai envie de dire ce que j’ai à dire. Mais faut être patient, ça va venir, je vais avoir l’opportunité".   

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.