Festival de Cannes : dans "Les Amandiers", Valeria Bruni-Tedeschi se remémore ses années avec Patrice Chéreau

La septième réalisation de l’actrice est en compétition avec un film autobiographique, qui révèle ses années d’apprentissage, quand elle était élève à l’école et théâtre des Amandiers de Nanterre.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
"Les Amandiers" de Valeria Bruni Tedeschi (2022). (AD VITAM PRODUCTION – AGAT FILMS ET CIE – BIBI FILMS TV – ARTE FILMS FRANCE CINEMA)

Réalisatrice depuis 2003, l’actrice Valeria Bruni-Tedeschi a montré et renouvelé son talent dans ses films à la tonalité toute personnelle. Ce qui lui vaut, pour ce septième film intitulé Les Amandiers, d’être en compétition à Cannes. Une belle consécration. Elle évoque ses années de formation dans les années 80, quand elle était élève à l’école et théâtre des Amandiers de Nanterre, au côté du regretté Patrice Chéreau, avec tact, mais sans nostalgie.

Passion

Au milieu des années 80, Stella, Etienne, Adèle et d’autres deviennent à 20 ans élèves dans l’école d’acteurs que viennent de créer Patrice Chéreau et Pierre Romans au Théâtre des Amandiers de Nanterre. Passionnés, ils découvrent le jeu, l’amour mais aussi la tragédie de la vie.

Au-delà de l’acte fondateur de la vocation d’actrice de Valeria Bruni-Tedeschi que le film relate à travers le personnage de Stella, Les Amandiers transmet la passion des actrices et acteurs pour leur métier. Un investissement qui occupe toute leur vie, du matin au soir. La réalisatrice reconstitue tout autant les années 80 avec justesse. Un cadre qui compte pour beaucoup dans les événements annexes qui nourrissent et enveniment l’époque, et l’engagement de tout une jeunesse en quête d’elle-même.

Réalisation personnelle

Hormis les décors et accessoires, la musique y participe pour beaucoup, mais également l’évocation du Sida, de la drogue, avec l’emprise exponentielle de l’héroïne, narcotique roi des années 80, dont le jeune amant de Stella, Etienne, est la victime. Sofiane Bennacer, qui l’interprète, est remarquable de justesse dans le mélange d’assurance et de fragilité qu’il incarne dans son rapport au narcotique.

Si la drogue est un élément majeur du script, c’est surtout l’énergie qui domine le film. Surtout dans sa première partie où explose l’investissement et l’enthousiasme de jeunes gens persuadés d’être sur leur voie, celle d’une réalisation personnelle en cours, infaillible et assumée, pour atteindre leur objectif. Ce qui s’avèrera le cas pour Stella/Valeria Bruni-Tedeschi.

Très juste dans sa réalisation et son interprétation, notamment de Nadia Tereszkiewicz (Stella), Les Amandiers emmène jusqu’au bout d’une nuit lumineuse et finalement solaire. Le film nous fait passer derrière le miroir d’une vocation, dans son intimité, comme s’il nous confiait un secret.

La fiche

Genre : Drame
Réalisateur : Valeria Bruni-Tedeschi
Acteurs : Nadia Tereszkiewicz, Sofiane Bennacer, Louis Garrel, Micha Lescot, Clara Bretheau
Pays : France
Durée : 2h06
Sortie : 9 novembre 2022
Distributeur : Ad Vitam

Synopsis : Dans les années 80, Stella, Etienne, Adèle et toute la troupe ont vingt ans. Ils passent le concours d’entrée de la célèbre école créée par Patrice Chéreau et Pierre Romans au théâtre des Amandiers de Nanterre. Lancés à pleine vitesse dans la vie, la passion, le jeu, l’amour, ensemble ils vont vivre le tournant de leur vie mais aussi leurs premières grandes tragédies.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Festival de Cannes 2022

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.