Festival de Cannes 2024 : rencontre avec Meryl Streep, une légende du cinéma de retour sur la Croisette

Elle n'était pas venue au Festival de Cannes depuis 1989 et son prix d'interprétation pour "Un cri dans la nuit". À l'occasion d'une conversation en public, Meryl Streep est revenue sur sa carrière et sur la place des femmes dans le cinéma.
Article rédigé par Ariane Combes-Savary
France Télévisions - Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 2 min
Meryl Streep au Festival de Cannes 2024. (VALERY HACHE / AFP)

Trente-cinq ans qu'elle n'avait pas foulé le tapis rouge du Festival de Cannes. Alors forcément, quand Meryl Streep débarque sur la Croisette, les fans se pressent en nombre pour l'écouter. Un millier d'entre eux ont assisté à une rencontre avec la légende du cinéma de Hollywood.

Une heure de conversation où elle a parlé d'elle, de ses films, de sa vie de mère et de grand-mère et de la place des femmes dans le cinéma.

L'élégance et la simplicité

Elle a beau incarner l'un des plus beaux palmarès du cinéma américain avec pas moins de 21 nominations aux Oscars, Meryl Streep se distingue par son élégance et sa simplicité. Sur la scène de la salle Debussy, l'Américaine avoue d'emblée s'être couchée la veille à 3 heures du matin après une soirée animée avec l'équipe du film Le Deuxième acte de Quentin Dupieux. Pantalon et chemisier noirs, cheveux longs, sur son visage, aucune trace de fatigue.

L'actrice de 74 ans revient avec plaisir sur ses souvenirs de tournage : son rôle dans Kramer contre Kramer de Robert Benton (1979) dont elle a réécrit la dernière réplique, modifiant en profondeur son personnage. Voyage au bout de l'enfer (1978) de Michael Cimino fut, lui aussi, un film fondateur dans lequel elle eut la liberté d'écrire en partie son propre rôle. Une gageure, à une époque où les femmes sont cantonnées aux seconds rôles.

Meryl Streep à l'ouverture du 77e Festival de Cannes. (LUCA CARLINO / NURPHOTO / AFP)

Il faut l'entendre rire de Robert Redford qui, sur le tournage d'une scène culte d'Out of Africa (1985), entre deux lions et des hippopotames menaçants, tente maladroitement de lui faire un shampooing. À force d'application, il finira par maîtriser le geste. "À la cinquième prise, j'étais amoureuse, c'était tellement intense, c'était une scène de sexe, c'était merveilleux", confie l'actrice de 74 ans dans un sourire.

Elle qui a travaillé avec les plus grands cinéastes de son temps, Steven Spielberg, Michael Cimino, Clint Eastwood ou Greta Gerwig, confesse ne pas avoir beaucoup de temps pour voir des films français, trop occupée avec ses quatre enfants et ses cinq petits-enfants.

Dénoncer la précarité des femmes dans le cinéma

Son rôle de mère ne l'a cependant pas empêché de dénoncer, tout au long de ses cinquante ans de carrière, la précarité des femmes dans le cinéma. C'est ce qui la rend admirable aux yeux de la réalisatrice Danièle Thompson venue l'écouter. "On est touché quand on sort de ce genre de rencontre. On a rencontré une femme comme nous, quelqu'un de complètement simple et naturelle, explique-t-elle. Elle ressemble à toutes les femmes qui travaillent et qui arrivent à mélanger tout ça." "C'est pour moi la plus grande actrice de son temps" poursuit une autre fan. "She's incredible, so smart", conclut une troisième.

C'est la deuxième fois que Meryl Streep vient à Cannes. En 1989, lorsqu'elle reçoit le prix d'interprétation pour son rôle dans Un cri dans la nuit, elle pense que sa carrière est terminée. Elle a déjà trois enfants et approche la quarantaine. Sa Palme d'or d'honneur remise à l'occasion de l'ouverture de la 77e édition du Festival de Cannes vient confirmer que sur cette question, elle s'est trompée.

Découvrez nos grilles de mots fléchés exclusives sur le thème du Festival de Cannes

jouer maintenant

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.