Cannes 2019 : "Zombi Child" de Bertrand Bonello, un film politique sur le vaudou

"Zombi Child" du Français Bertrand Bonello était projeté vendredi 17 mai à la Quinzaine des Réalisateurs. À partir d'une "histoire vraie" de zombi survenue entre 1962 et les années 80 à Haïti, il évoque le vaudou, l'esclavage et la persistance des liens étroits qui unissent la France à Haïti.

La sororité avec Fanny et Mélissa
La sororité avec Fanny et Mélissa (Film Zombi Child)

Pour son septième film, Bertrand Bonello est allé tourner à Haïti, mais aussi en France, une histoire de zombi bien éloignée des opus de morts-vivants de George A. Romero ou des rodeurs de The Walking Dead. Ici, pas de hordes décharnées prêtes à tout pour dévorer des vivants. Le zombi retourne à ses origines afro-caribéennes. 

1962, un homme d'une quarantaine d'années (Mackenson Bijou) est zombifié, c'est-à-dire qu'il est empoisonné, qu'il présente toutes les apparences du cadavre, qu'il est pleuré et mis en terre par sa famille. Ceux qui l'ont zombifié viennent le déterrer, le droguent pour le placer dans un un état de semi-conscience afin de l'exploiter, drogué, dans les champs de canne à sucre.

Revenu comme par miracle à la conscience normale, il aurait erré treize ans avant de se manifester auprès de sa famille. L'homme s'appelle Clairvius Narcisse et son histoire est bien connue sur l'île. Un livre intitulé Le serpent et l'arc-en-ciel lui a été consacré et Wes Craven en a tiré un film portant le même titre.

Fanny (Louise Labèque) et Mélissa (Wislanda Louimat)
Fanny (Louise Labèque) et Mélissa (Wislanda Louimat) (Film Zombi Child)

Petite-fille de zombi

2019.  Mélissa, une jeune Haïtienne (Wislanda Louimat), intègre la prestigieuse Maison d'Éducation de la Légion d'Honneur. Cet établissement ne reçoit que des enfants de personnes décorées. La mère de Mélissa, disparue dans le grand tremblement de terre de 2010, l'avait été pour des faits de résistance à la dictature duvalliériste. Mélissa n'est autre que la petite-fille de Clairvius Narcisse. Petite-fille de zombie, donc. Ce qu'elle en raconte à Fanny (Louise Labèque) une de ses compagnes d'internat souffrant d'un chagrin sentimental, pousse la jeune fille à rencontrer secrètement la tante de Mélissa pour retrouver l'amour grâce au vaudou.

Le ton juste

Entre croyances, réalité et doute, Bertrand Bonello a trouvé le ton juste pour mener ce film traitant tout autant des rites vaudous que des relations historiquement passionnelles qui unissent la France à Haïti. À travers le traitement imposé aux "zombis", rendus à l'état animal pour favoriser leur esclavage, il rappelle que les Français n'ont pas eu besoin de droguer les Haïtiens pour parvenir au même résultat.

Le cinéaste a expliqué au public de la Quinzaine des Réalisateurs qu'il avait tenu à tourner son film à Haïti-même, malgré les difficultés et les violences quotidiennes que connait ce pays. "J'aurais pu aller le tourner en République dominicaine comme on me le conseillait, j'ai refusé par souci éthique."

Un projet qui se construit tout seul

En France, son récit nécessitait un internat de jeune filles lui permettant de réunir des lycéennes dans ces sororités très courantes aux États-Unis mais rares dans notre pays. La Maison d'Éducation de la Légion d'Honneur répondait à ces critères. Bertrand Bonello, remarquant que cette institution avait été créée par Napoléon 1er, s'est dit que son projet se construisait tout seul, l'Empereur ayant rétabli l'esclavage notamment à Haïti.

Bertrand Bonello lors de sa rencontre avec le public de la Quinzaine des Réalisateurs
Bertrand Bonello lors de sa rencontre avec le public de la Quinzaine des Réalisateurs (Jean-François Lixon)

Transes et zombies

Zombi Child (dont le titre n'est pas sans rappeler le Voodoo Child de Jimi Hendrix) téléscope les époques. Peu à peu l'intrigue haïtienne est éclairée par le récit parisien mené au présent, et vice-versa. Cet entrelacement lui permet de ne pas sombrer dans le pseudo-documentaire voyeur autour des rites vaudous. Ils sont pourtant bien présents, filmés sans effets psychédéliques ni montage précipité.

Plusieurs séquences semblent vouloir accréditer les thèses de l'existence des zombis et des contacts avec l'au-delà lors des scènes de transes vaudoues. Un texte de fin de film va d'ailleurs dans ce sens. À chacun d'être convaincu ou pas.

Wislandat Louismat et Louise Labèque

Pour les rôles principaux tenus en majorité par des adolescentes, Bertrand Bonello a rencontré près d'une centaine de jeunes filles. Son choix s'est arrêté sur Wislandat Louismat (Mélissa) et sur Louise Labèque (Fanny). Chacune est parfaite dans son rôle, lourde responsabilité pour de jeunes filles sans formation mais capables de trouver toutes les nuances de jeu exigées d'un comédien professionnel. Le public de Cannes a été déçu de ne pas les voir accompagner leur metteur en scène comme le font la majorité des principaux interprètes des films lors de la première projection.

L\'affiche de Zombi Child
L'affiche de Zombi Child (Film Zombi Child)

Zombi Child

Film français et haïtien de Bertrand Bonello

avec Wislanda Louimat et Louise Labèque

1h43  sortie française le 12 juin 2019