Cet article date de plus de deux ans.

Cannes 2019 : le réalisateur cambodgien Rithy Panh, président du jury de la Caméra d’or

C’est le réalisateur cambodgien Rithy Panh qui présidera le jury de la Caméra d’or au 72e Festival de Cannes qui se déroule du 14 au 25 mai. Ce prix récompense un cinéaste ayant réalisé son premier long métrage.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Le réalisateur Rithy Panh au Festival de Toronto en 2017 (ALBERTO E. RODRIGUEZ / GETTY IMAGES NORTH AMERICA)

Le réalisateur Rithy Panh (Un barrage contre le Pacifique) aura la responsabilité de présider les jurés de la Caméra d’or qui récompense un cinéaste ayant réalisé son premier long métrage. Le choix s’effectue toute sections confondues, tant officielles (Compétition, Un certain regard) que parallèles (Semaine de la critique, Quinzaine des réalisateurs). La Caméra d'or est décernée lors du palmarès final qui sera rendu le 25 mai.

"Le drapeau cambodgien flottait sur la Croisette"

"Je suis très heureux de revenir à Cannes pour présider le Jury de la Caméra d’or cette année", a-t-il déclaré. "Je me souviens de ma première fois en Compétition au Festival de Cannes en 1994 avec Les Gens de la rizière. Je me souviens de ma fierté, de ma foi, de mon impatience pour faire ce film. Tourner au Cambodge qui venait juste de retrouver la paix, travailler avec une équipe cambodgienne, faire un film dans la langue khmère… mais rien ne pouvait m’arrêter ! Et là, le drapeau cambodgien flottait sur la Croisette…"

"Après un génocide et deux décennies de guerre, ce bout de chiffon coloré, trouvé dans un marché de Phnom Penh, claquait dans le vent et je me disais : 'On n’est pas morts. On a réussi quelque chose.' J’ai hâte de découvrir tous ces premiers films, présentés pour leur première fois", a déclaré Rithy Panh dans un communiqué.

Prix Un certain regard en 2013

Cinéaste reconnu dans le monde entier, Rithy Panh est né au Cambodge et arrive à Paris après la chute des Khmers rouges en 1979. Son œuvre est consacrée pour une large part au génocide et à la mémoire de ses victimes. Son premier documentaire Site 2 gagne plusieurs prix en 1989, et son premier long-métrage Les Gens de la rizière est présenté en Compétition au Festival de Cannes en 1994. Il revient Hors Compétition avec S-21 La Machine de mort khmère rouge en 2003, et Les Artistes du théâtre brûlé en 2005. Parmi ses autres films, on compte Un Barrage contre le Pacifique (2008).

Rithy Panh est aussi le réalisateur de L’image manquante, qui gagna en Sélection officielle le Prix du Certain Regard en 2013 et fut le premier film cambodgien à être nommé aux Oscars comme meilleur film étranger. Ses derniers films, Exil (2016) et Les tombeaux sans nom (2018), évoquent encore les conséquences du génocide cambodgien. Rithy Pahn est aussi le co-fondateur du Centre Bophana, la "Cinémathèque" du Cambodge à Phnom Penh.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.