Reportage Cinéma : ce studio près de Paris réinvente les effets visuels et met hors-cadre le fameux "fond vert" hollywoodien

Article rédigé par Matteu Maestracci
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Bruno Corsini, directeur technique de la société Plateau Virtuel (MATTEU MAESTRACCI / RADIOFRANCE)
De plus en plus recherchée par les productions, cette nouvelle technique propose des décors projetés directement en vidéo derrière les acteurs. L'un des trois studios au monde où cela est proposé se trouve près du Stade de France, en Seine-Saint-Denis.

Est-ce que le "fond vert" aurait vécu ? Cette technique, devenue habituelle à Hollywood, qui consiste à filmer des acteurs devant du vert pour ajouter ensuite des images numériquement, est désormais concurrencée par des tournages devant des décors projetés directement en vidéo. L'un des trois studios au monde où cela est proposé est situé en France, près de Paris.

>> Dans la maison de Barbie, c'est Ken qui reçoit : une expérience inédite est proposée aux fans pour la sortie du film "Barbie"

C'est un grand studio dans un hangar, comme la Plaine Saint-Denis en compte des dizaines. Seule différence de taille, dans tous les sens du terme, ce gigantesque écran LED, lui-même composé de dizaines de moniteurs.

Le studio L3, studios du Lendit, La Plaine-Saint-Denis (93) (MATTEU MAESTRACCI / RADIOFRANCE)

Il permet de projeter en haute définition, sur le plateau autour des comédiens, un décor préalablement choisi : une plage, une forêt, le désert, un saloon de western, l'espace, un tunnel, en 2D ou en 3D. Bruno Corsini, directeur technique de la société Plateau Virtuel, qui nous en fait la visite. "L'idée depuis le départ pour nous, c'est que les gens ne comprennent pas qu'on est en train de filmer un écran. Travailler la lumière au maximum pour que le décor qui est projeté sur les écrans soit le plus réaliste possible, et que le premier plan - c'est-à-dire ce qu'il se passe entre la caméra et l'écran - soit aussi le plus réaliste possible, pour qu'on ne puisse plus comprendre ce qui est vrai et ce qui ne l'est pas", assure-t-il.

"Notre seule limite, c'est le réel, qu'on ne peut pas remplacer. Mais on peut apporter beaucoup de solutions à des choses paraissant impossibles, comme aller sur la Lune ou sur Mars."

Bruno Corsini

à franceinfo

Des moniteurs composant l'écran LED du studio Plateau Virtuel, à la Plaine-Saint-Denis (MATTEU MAESTRACCI / RADIOFRANCE)

Résultat bluffant

Sans entrer dans des détails trop pointus et techniques, sachez que c'est un système de "tracker", suiveur en français, fixé sur la caméra qui permet de faire évoluer les acteurs en trois dimensions dans un décor qui lui-même se modifie en fonction de leurs mouvements, comme pour cette campagne de l'ESA, l'agence spatiale européenne, dans l'espace.

L'illusion est parfaite, le résultat bluffant, et permet d'éviter les lourdeurs ou les défauts du fond vert, notamment en termes de lumière et d'exposition. "On ne pouvait pas par exemple tourner sur fond vert une séquence avec un personnage dans une armure réfléchissant la lumière, parce qu'il fallait tout réincruster ensuite, précise Bruno Corsini. Même chose avec les vitres d'une voiture, ou le reflet dans des lunettes : il y avait beaucoup de travail a posteriori".

"La plupart des comédiens en avaient marre aussi de ne pas savoir où ils se trouvaient par rapport au décor."

Bruno Corsini

à franceinfo

Et le directeur technique de souffler : "Avec cette technologie, réalisateurs et chefs opérateurs peuvent voir en direct tout ce qui va être dans la caméra."

La prestation reste pour le moment un peu chère et toujours en développement, mais beaucoup de clips, publicités ou films institutionnels - comme pour l'Agence spatiale européenne - ont déjà été tournés ici, en attendant sans doute que le cinéma s'en empare.

Le reportage de Matteu Maestracci à la Plaine Saint-Denis

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.