"Cinéaste immense", "infatigable passeur de mémoire" : hommages à Claude Lanzmann

De nombreuses personnalités du monde de la culture, de la classe politique ou de la communauté juive ont rendu hommage au cinéaste et écrivain Claude Lanzmann, réalisateur de "Shoah" et combattant de la mémoire du génocide des Juifs, décédé jeudi à 92 ans.

Claude Lanzmann en 2016
Claude Lanzmann en 2016 (JOEL SAGET / AFP)

Le monde du cinéma

Serge Moati, réalisateur : "Je le croyais immortel. Son oeuvre l'est. Je pense à Shoah, bien sûr. Il avait su regarder en premier, ce combattant à la caméra, la mort en face. Un monument. Un terrible chef d'oeuvre. Adieu au héros."
https://twitter.com/SergeMoati/status/1014816381127274497
Gilles Jacob, ancien président du Festival de Cannes : "Claude Lanzmann s'est éteint mais la flamme de son film Shoah et ce qu'elle éveille dans la mémoire contemporaine ne s'éteindront jamais." (Twitter)

Le monde politique

Emmanuel Macron a rendu hommage vendredi à un "savant et artiste", "épris de vérité", dont le regard "a construit notre époque", et dont la France "conservera le souvenir" de "l'infinie richesse" de l'existence. "Claude Lanzmann écrivait dans ses mémoires kaléidoscopiques, Le Lièvre de Patagonie (Gallimard, 2009) que Cent vies ne [le] lasseraient pas. Il se peut qu'il en ait eu plus encore, entretissées, vécues ou rêvées, présentes ou passées, et c'est de l'infinie richesse de cette existence que la France conservera le souvenir", a indiqué le président de la République dans un communiqué. Il rappelle que "ce grand vivant eut comme compagne de route, omniprésente, la mort", celle de sa soeur, de son fils, et "de tous ces inconnus, déportés des camps de la mort, dont il retrouva la trace et dressa le tombeau dans le monumental Shoah (1985)", un "récit labyrinthique".

Françoise Nyssen, ministre de la Culture : "Claude Lanzmann a imposé les images contre l'oubli, l'Art contre les négationnistes. Il était ce Grand Homme qui, avec Shoah, a contribué à construire avec justesse notre mémoire collective." (Twitter)

Benjamin Griveaux, porte-parole du gouvernement : "Revoir Shoah, inestimable oeuvre de l'immense Claude Lanzmann, infatigable passeur de mémoire." (Twitter)

Christophe Castaner, secrétaire d'Etat chargé des relations avec le Parlement : "C'est une de ces oeuvres qui vous marquent à vie. C'est l'un des plus grands films relatant l'horreur de la Shoah. Avec toute son humanité, Claude Lanzmann était parvenu à représenter l'inhumanité." (Twitter)

Laurent Wauquiez, président des Républicains : "Claude Lanzmann nous a quittés mais son oeuvre et le devoir de mémoire demeurent. Il y a trente-trois ans, son film Shoah nous a ouvert les yeux. Le meilleur hommage qu'on puisse lui rendre est de les garder ouverts." (Twitter)

Anne Hidalgo, maire de Paris : "Homme courageux, exigeant et déterminé, véritable conscience qui a levé le voile qui occultait ce qu'il a contribué à nommer Shoah, Claude Lanzmann nous quitte aujourd'hui à l'âge de 92 ans et j'en éprouve une profonde tristesse" (Twitter)

François Bayrou, président du Modem : "Il y a 25 ans, avec Claude Lanzmann, premier voyage à Auschwitz comme ministre de l'Education. Nous ne nous sommes jamais rencontrés depuis sans évoquer cette émotion. Il vivait pour nous l'histoire de la Shoah. Que la terre lui soit légère !"
https://twitter.com/bayrou/status/1014819616307208192
Jack Lang, ancien ministre socialiste de la Culture et de l'Education nationale : "Claude Lanzmann restera éternellement dans nos esprits. Sa fougue, son enthousiasme permanent, sa puissance pour bousculer les conservatismes, balayer les scepticismes étaient tels que comme un roc, il tenait, haut et fort, ses convictions et savait les faire partager. Sa parole et ses combats inspireront encore longtemps." 

Manuel Valls, ancien Premier ministre : "Je suis si triste d'apprendre la mort de Claude Lanzmann, un ami cher, une personnalité unique, une vie incroyable - relisez son Lièvre de Patagonie -, une oeuvre considérable avec Shoah qui le fait entrer dans l'histoire du cinéma, de la mémoire et de la lutte contre l'antisémitisme". (Twitter)

Bernard-Henri Lévy, écrivain et philosophe : "C'était un valeureux. Un cinéaste immense. Et un homme bon. Je ne me pardonne pas nos brouilles. Je chéris, comme un trésor, les beaux moments vécus ensemble." (Twitter).

Le ministre des Affaires étrangères allemand Heiko Maas a salué la mémoire du réalisateur Claude Lanzmann estimant que son film "Shoah" avait permis une "réconciliation". "Chacun d'entre nous qui se demande quelle est notre responsabilité en tant qu'Allemand devrait voir Shoah. Grâce à son travail de mémoire, Claude Lanzmann a rendu possible une réconciliation. Et cela perdurera. Il va manquer", a-t-il twitté.

La communauté juive

Haïm Korsia, grand rabbin de France : "Je rends hommage à #ClaudeLanzmann, cet homme incroyable qui a offert au monde le mot Shoah pour dire l'indicible." 
https://twitter.com/HaimKorsia/status/1014807170142044160
Ariel Goldmann, président de la Fondation du judaïsme français : "Un géant nous quitte. Claude Lanzmann a marqué les siècles et l'Histoire du peuple juif avec ses oeuvres Shoah et Tsahal. Il fut un grand bonhomme, un vrai Mensch (homme) qui ne transigeait pas avec la Vérité !" (Twitter)

L'Union des étudiants juifs de France : "Au cours de sa vie, Claude Lanzmann a inspiré des générations de militants par des combats d'une actualité brûlante. Son oeuvre Shoah a inscrit la mémoire de la déportation et de l'extermination de six millions de juifs d'Europe dans l'histoire européenne." 

et sur France Télévisions

Dès aujourd'hui les éditions d'informations de France 2, France 3 et franceinfo rendront hommage à Claude Lanzmann. Par ailleurs, France 3 et France 5 modifient leur programmation ce week-end : France 5 (samedi 7 juillet à 16h45) Claude Lanzmann, il n’y a que la vie (documentaire) et France 3 (dimanche 8 juillet à 22h25) Sobibor, 14 octobre 1943, 16 heures (film documentaire).