À Saint-Jean-de-Luz, Aïssa Maïga présente son documentaire sur le réchauffement climatique au Sahel

"Marcher sur l'eau" était projeté en avant-première au Festival international du film de Saint-Jean-de-Luz. Pour son premier film en tant que réalisatrice, la comédienne a suivi la vie d'un village du Niger assailli par la sécheresse et le manque d'eau. Le documentaire sortira en salles le 10 novembre 2021. 

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 2 min.
"Macher sur l'eau" premier film documentaire d'Aïssa Maïga en salles le 10 novembre 2021 (Les Films du Losange)

Depuis sa création en 1996, le Festival international du film de Saint-Jean-de-Luz s'intéresse à un cinéma d'avenir en programmant notamment en compétition des premiers ou deuxièmes films. C'est le cas cette année avec la comédienne Aïssa Maïga qui présentait son premier documentaire intitulé Marcher sur l'eau.

Le film qui raconte l'émouvant combat d'habitants du Sahel pour trouver de l'eau a bouleversé les festivaliers. "On a besoin de films comme ça pour se rendre compte de la sécheresse, du changement de climat et surtout de la précarité de certains pays", assure une spectatrice en sortant de la projection. 

Aïssa Maïga présente son film "Marcher sur l'eau" au festival du film de Saint Jean de Luz

Au plus près des villageois

Marcher sur l'eau a été tourné dans le nord du Niger entre 2018 et 2020 et raconte l'histoire du village de Tatiste, victime du réchauffement climatique, qui se bat pour avoir accès à l’eau par la construction d'un forage. Pour raconter cette urgence qui dévaste le Sahel, la comédienne Aïssa Maïga a enfilé le costume de réalisatrice. "Je voulais faire un film où l'on invite le spectateur à ressentir ce que sont les effets du réchauffement climatique et du manque d'eau et ne pas regarder ça avec distance ou anxiété", précise la comédienne réalisatrice.
 
Le spectateur suit le quotidien d'Houlaye, une jeune fille de 14 ans qui marche des kilomètres avec d'autres femmes pour aller puiser l'eau, essentielle à la vie du village. "Je voulais qu'on s'attache aux personnes, qu'on soit avec eux", raconte encore Aïssa Maïga.

L'eau au coeur du village

Mais au-delà de l'urgence climatique que traverse le petit village peul, on comprend vite que cette quête vitale de l'eau empêche les enfants de se rendre à l'école.
L'absence de ressources nécessaires pousse également les adultes à quitter leur famille chaque année pour aller les chercher au-delà des frontières.

Filmé au plus près des visages des enfants et de leur cruelle réalité, le film d'Aïssa Maïga a résonné dans la salle du festival de Saint-Jean-de-Luz. "C'est un film poignant sublimement tourné et qui montre des choses que l'on ignore presque", s'enthousiasme une spectatrice. Grâce à ce documentaire, à la volonté des habitants et à l'impulsion de l'ONG Amman Imman, le village de Tatiste a obtenu un forage qui apporte l’eau si précieuse à sa survie. 

"Marcher sur l'eau", documentaire réalisé par Aïssa Maïga - 1h30min. Sortie au cinéma le 10 novembre 2021.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Documentaires

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.