Cinéma : Vincent Lacoste dans la peau d'un adulescent aussi touchant que tête à claques dans "Mes jours de gloire"

Dans "Mes jours de gloire" d'Antoine de Bary, au cinéma mercredi, Vincent Lacoste interprète un jeune acteur aux allures de "bon gros loser".

Vincent Lacoste dans le film \"Mes jours de gloire\", dans les salles le 26 février 2020.
Vincent Lacoste dans le film "Mes jours de gloire", dans les salles le 26 février 2020. (BAC FILMS)

En 2009, Vincent Lacoste a 16 ans et apparaît pour la première fois dans Les beaux gosses de Riad Sattouf, film que lancera carrière d'acteur. Et s'il n'avait connu que ce succès ? C'est le scénario qu'a imaginé son ami Antoine de Bary dans Mes jours de gloire, qui donne une vision cauchemardesque et comique de la fragilité du métier.

Adrien est un adulescent. Gamin, il a tourné dans un film, mais depuis, il a dilapidé son capital professionnel et financier. Contraint de retourner vivre chez sa mère psychologue, il n'est pas un cadeau. Immature, fauché, empêché avec les filles, Adrien est aussi touchant que tête à claques.

Dans la peau d'un sympathique loseur

"Je pense qu'au départ, il a l'image d'une espèce de branleur, assez antipathique, et au fur à mesure du film, c'est la chute d'un gars", explique sur franceinfo Vincent Lacoste. Au-delà de l'exercice de style qui lui convient parfaitement, c'est le portrait d'un jeune homme qui ne se retrouve pas dans son époque. "Il a quand même les angoisses que tout le monde peut avoir aujourd'hui : il ne sait pas ce qu'il veut faire dans la vie, il n'arrive pas à communiquer avec ses parents, avec ses amis, il n'a plus d'argent, il a des problèmes de sexe, il a des problèmes d'amour... Enfin, il a tous les problèmes ! Donc, forcément, on s'attache un peu parce que c'est au moins une inquiétude chez chaque personne", raconte l'acteur de 26 ans et presque autant de films à son actif.

Il n'y a plus de place pour les paresseux dans notre époque aujourd'hui, alors que les paresseux sont très sympathiques.Vincent Lacosteà franceinfo

Aujourd'hui, "il y a une telle injonction à réussir à savoir ce qu'on veut faire dès qu'on a 16 ans", affirme l'acteur. "Chaque matin, je me lève à 8 heures pour faire du sport, pour avoir la pêche etc, je sais parfaitement ce que je vais faire, j'ai un avis défini, extrêmement politisé etc. On a l'impression que tout le monde doit être parfait en tout cas, parce que bien évidemment, personne ne l'est", affirme-t-il. Pour Vincent Lacoste, chacun se met en scène avec les réseaux sociaux. "Évidemment, on ne va pas se montrer en train de ne rien foutre, en train de dormir jusqu'à 15 heures !", sourit-il.

Quelles envies de rôles a-t-il ? "Je pense plus à travailler avec des cinéastes qu'avec des rôles précis, j'ai envie de faire des choses différentes", répond Vincent Lacoste, qui évoque quelques films d'époque dans lesquels il a pu jouer. "Là par exemple, ce film est dans la lignée des Beaux Gosses mais en même temps, je n'ai jamais voulu m'éloigner non plus", ajoute-t-il. Mais Vincent Lacoste le dit, il reste "très attaché à ce type de films, des films sur des losers. Je n'ai pas envie de m'arrêter de faire des bons gros losers, c'est quand même assez plaisant (rires) !"

Entretien avec Vincent Lacoste pour "Mes jours de gloire" au micro de Thierry Fiorile
--'--
--'--