Cinéma : "Une intime conviction" revient sur l'affaire Suzanne Viguier

Le film "Une intime conviction" revient sur la mystérieuse disparition de Suzanne Viguier en février 2000.

France 3

Nora est persuadée de l'innocence de son ami accusé du meurtre de sa femme. Une intime conviction réalisé par Antoine Raimbault est librement inspiré de l'affaire Suzanne Viguier. Cette dernière a mystérieusement disparu en février 2000 et son mari, le professeur de droit Jacques Viguier, est directement mis en cause. "D'abord c'est l'histoire d'une disparition, on l'oublie souvent. C'est l'histoire d'un procès pour meurtre en l'absence de cadavre et en l'absence même de preuves de la mort de la disparue", explique le réalisateur.

S'imprégner du rôle d'Éric Dupond-Moretti

Pour s'imprégner du rôle de l'avocat Éric Dupond-Moretti, Olivier Gourmet l'a suivi lors de ses plaidoiries. L'interprétation a été saluée par le principal intéressé. "C'est un film fantastique parce que c'est l'apologie du doute", indique Éric Dupond-Moretti à la sortie de l'avant-première. Le mystère reste entier dans la vie comme au cinéma, car aucun coupable n'a été identifié dans la disparition de Suzanne Viguier.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une intime conviction, film
Une intime conviction, film (FRANCE 3)