Cinéma : "Jeune femme", un film plein de promesses et loin des clichés

Le film "Jeune Femme", de Léonor Serraille, est sorti en salles mercredi 1er novembre. Une oeuvre pleine de promesses et un premier grand rôle pour Laetitia Dosch.

\"Jeune femme\" est sorti en salles le 1er novembre.
"Jeune femme" est sorti en salles le 1er novembre. (SHELLAC FILMS)

Jeune femme, premier film de la réalisatrice Léonor Serraille, est sorti en salles mercredi 1er novembre. C'est une comédie pleine de promesses et un premier grand rôle pour Laetitia Dosch. Le film a été récompensé de la Caméra d'or au dernier festival de Cannes. Il raconte l'histoire de Paula, de retour à Paris sans travail, quittée par son compagnon et seule avec son chat. 

Un film qui évite l'écueil des clichés

Jeune femme est d'abord une rencontre réussie entre une actrice inclassable, formée au théâtre, remarquée dans La Bataille de Solferino de Justine Triet, et une jeune réalisatrice qui maîtrise son premier film. L'une est lumineuse, mystérieuse, passant en un clin d'oeil du comique au tragique. L'autre est timide mais brillante et déterminée. En racontant les déboires de Paula, Léonor Séraille aurait pu enfiler les clichés. Au contraire, elle construit un personnage riche, d'une résilience folle, imprévisible, ce qu'a adoré Laetitia Dosch : 

C'est un personnage qui ne va pas courir après la réussite sociale absolumentLaetitia Doschà franceinfo

Le parcours de Paula a séduit l'actrice. "C'est quand même assez marrant ! C'est un personnage qui va travailler dans un bar à culottes et qui va aimer ça, qui va aimer ne pas forcément réussir, être dans la galère. Certains points vont lui plaire et elle va même choisir cette vie plutôt que de retourner avec un homme très riche qui aimerait la garder à la maison." Il y a dans cette Jeune femme racontée par des jeunes femmes d'aujourd'hui un témoignage de l'époque, de sa violence, de ses recoins d'humanité.