Cinéma : à la découverte de la face cachée du joker

Le joker, figure machiavélique, s'est installé depuis plus de 80 ans dans l’inconscient collectif. Grimé en blanc, le joker s'est imposé dans les bandes dessinées, au cinéma, et dans les films de super-héros américain.

France 2

Maquillage de clown, cheveux verts, costume pourpre... Depuis 75 ans, le joker est l'ennemi le plus célèbre de Batman. Pour la première fois, un film nous raconte les origines du personnage : un garçon psychologiquement fragile, qui sombre peu à peu dans la folie. Né dans une bande dessinée, le joker est un personnage énigmatique qui a inspiré de nombreux créateurs. "Tous les dessinateurs et les cinéastes qui se sont emparés du personnage, ont joué de cette coquille vide, de ce masque du clown qui a l'air d'être tellement joyeux, alors qu'en réalité, il distribue le mal", explique Olivier Delcroix, auteur du livre Les super-héros au cinéma, aux éditions Hoebeke.

Le joker, un homme torturé

Quand il apparaît en 1940, le joker est juste l'ennemi de Batman : un dangereux escroc qui signe ses crimes avec une carte à jouer. Une chose est sûre : pour le sourire figé, le dessinateur, Bob Kane, s'est inspiré de Victor Hugo, et de son personnage de L'homme qui rit, l'histoire d'un homme au visage mutilé, devenu une bête de foire. Au fil du temps, le joker deviendra un gangster défiguré joué par Jack Nicholson. Un psychopathe qui a déclaré la guerre à la société.


Joué par Joaquin Phoenix, Joker sortira mercredi 9 octobre au cinéma.



Le JT
Les autres sujets du JT
Le joker, figure machiavélique, s\'est installé depuis plus de 80 ans dans l’inconscient collectif. Grimé en blanc, le joker s\'est imposé dans les bandes dessinées, au cinéma, et dans les films de super-héros américain.
Le joker, figure machiavélique, s'est installé depuis plus de 80 ans dans l’inconscient collectif. Grimé en blanc, le joker s'est imposé dans les bandes dessinées, au cinéma, et dans les films de super-héros américain. (FRANCE 2)