Césars : 13 nominations pour "Les choses qu'on dit, les choses qu'on fait", "je ne m'attendais à ce que le film ait cet accueil", s'étonne Emmanuel Mouret

"Surprise", "hébétude", "joie"... Le réalisateur Emmanuel Mouret se réjouit de l'accueil fait à son film. Il évoque notamment Camélia Jordana, nommée pour le César de la meilleure actrice, la "rencontre décisive au départ de la distribution du film".

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Le réalisateur Emmanuel Mouret, le 4 février 2019. (ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP)

Le trio de tête des nominations aux Césars 2021 comporte une comédie sentimentale, une romance initiatique gay et de l'humour absurde. Ce sont les derniers films des réalisateurs Emmanuel Mouret, François Ozon et Albert Dupontel. "Les choses qu'on dit, les choses qu'on fait", d'Emmanuel Mouret a récolté 13 nominations et a déjà été récompensée par la presse étrangère en France. "Je ne m'attendais pas du tout en faisant ce film à ce qu'il ait cet accueil", a réagi mercredi 10 février sur franceinfo Emmanuel Mouret, réalisateur.

franceinfo : Comment vivez-vous ces Césars et cette nomination ?

Emmanuel Mouret : Je suis un peu dans un état d'hébétude. Je ne m'attendais pas du tout en faisant ce film à ce qu'il ait cet accueil. Évidemment mes pensées vont vers tous les films qui ne sont pas sortis et vers les exploitants et les distributeurs qui attendent. Donc, je suis dans un état de joie aussi pour toutes les personnes avec lesquelles je travaille depuis des années.

Est-ce que cette nomination vous conforte dans votre choix d'explorer les sentiments amoureux ?

Oui. C'est un encouragement à persévérer. Je suis encore dans l'état de surprise. Je suis très content parce que je pense aux comédiens et à tous les techniciens avec lesquels je travaille. Je pense aussi qu'on est dans une situation particulière. C'est une année pas comme les autres, ça permet de parler de cinéma à une période où on en parle moins. On est sorti mi-septembre et on ne s'attendait pas à ce que les cinémas referment donc on a eu beaucoup de chance. Le public a été là malgré tout.

Camélia Jordana est nommée parmi pour le César de la meilleure actrice. Est-ce que cela vous fait plaisir ?

Ca me fait immensément plaisir. Camélia a été la rencontre décisive au départ de la distribution du film. C'est la première personne que j'ai choisie. Les autres rôles ont été distribués autour d'elle. Cela a été un travail très heureux. Je suis vraiment très, très content. On a très envie de retravailler ensemble.

Est-ce qu'il y a encore des choses à faire du côté de la parité dans le cinéma français ?

J'aime bien cette phrase qui dit que le bien n'est jamais fait, il reste toujours à faire. Donc, oui, il y aura toujours à faire, à être attentif, vigilant. Dans mes films ce n'est pas spontané, la parité est due au scénario. Dans un film de guerre c'est compliqué d'arriver à une complète parité. Si le cinéma s'inspire de la vie, il est là aussi pour inspirer la vie. Donc, je suis plutôt attentif à la façon dont les personnages interagissent entre eux. Mes personnages sont toujours très soucieux des autres.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.