Cet article date de plus d'un an.

Carlos Saura, grande figure du cinéma espagnol et auteur de "Cria cuervos", est mort à 91 ans

Il réalise son plus gros succès avec "Cria cuervos", qui remporte le Grand prix du Jury à Cannes en 1976 et dont la musique originale devient un tube.
Article rédigé par franceinfo Culture avec AFP
France Télévisions - Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 2 min
Le réalisateur espagnol Carlos Saura à Berlin en décembre 2017 (TOBIAS SCHWARZ / DPA)

Le cinéaste espagnol Carlos Saura est mort, vendredi 10 février, à l'âge de 91 ans, a annoncé l'Académie espagnole du cinéma. "L'Académie du cinéma a le profond regret d'annoncer le décès de Carlos Saura (...), l'un des cinéastes fondamentaux de l'histoire du cinéma espagnol, mort aujourd'hui à son domicile à 91 ans, entouré de ses êtres chers", a-t-elle annoncé sur Twitter. 

Son dernier film est sorti vendredi dernier


"Son dernier film, Las paredes hablan (les murs parlent), était sorti vendredi, preuve de son activité infatigable et de son amour pour son métier jusqu'à ses derniers instants", a-t-elle encore dit.

Le cinéaste devait recevoir un Goya d'honneur samedi lors de la cérémonie des récompenses du cinéma espagnol qui se tient à Séville. Un hommage y sera rendu à "la mémoire d'un créateur irremplaçable", a poursuivi l'Académie.

Réalisme social et amour de la musique

Réalisateur en 1975 de Cria cuervos, allégorie de la dictature qui a asphyxié son pays, prix du jury à Cannes et nommé au César du meilleur film étranger, Carlos Saura a d'abord placé son œuvre sous le signe du réalisme social avant de privilégier des films musicaux, notamment sur le flamenco. 


Cría Cuervos
Cría Cuervos Bande-annonce VO

Né le 4 janvier 1932 à Huesca (nord) dans une famille d'artistes, Saura, qui a réalisé au total une cinquantaine de films, avait obtenu sa première reconnaissance internationale en 1966 à Berlin (Ours d'argent pour La Chasse). 

65 années de carrière, 46 films, 7 récompenses 



Prolifique, Saura était un cinéaste du jeu et de l'imaginaire, à l'esthétique sophistiquée, au style à la fois lyrique et documentaire, centré sur le sort des plus démunis. Il a souvent dépeint des personnages, issus de la bourgeoisie, tourmentés par leur passé, flottant entre réalité et fantasmes.

Mais, à partir de la mort de Franco (1975) et la transition démocratique qui a suivi, ce fou de musique et de danse est progressivement passé à autre chose : des hymnes d'amour au tango et au fado, au folklore argentin et à la jota, danse de son Aragon natal, à l'opéra et, surtout, à son cher flamenco, devenant, un peu malgré lui, un ambassadeur de la culture espagnole.

Plusieurs fois marié et père de plusieurs enfants, il avait notamment été en couple avec Geraldine Chaplin, sa muse avec qui il avait eu un enfant.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.