Cet article date de plus de sept ans.

Cannes 2014 : Le retour très incarné de David Cronenberg à mi-parcours

Depuis dimanche, la Croisette a pris des couleurs. L'on constate que les films en compétition ne jouent pas dans la même cour que précédemment. Confirmation pour cette journée de lundi. Arrivé à mi-parcours, le Festival de Cannes voit la projection du nouveau Cronenberg, "Maps to the Stars", et de "Foxcatcher" du prometteur réalisateur du magnifique "Truman Capote" de 2006, Bennett Miller.
Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
John Cusak dans "Maps to the Stars" de David Cronenberg 
 (Entertainment One)
Il a quasiment son rond de serviette sur la Croisette, mais n'a jamais remporté la Palme. "Crash" avait tout de même décroché en 1996 le Prix spécial du Jury et il a été président du jury en 1999 : David Cronenberg présente "Maps to the Stars", avec John Cusack, Robert Pattison, Julianne Moore et Mia Wasikovska. Cinquième participation à la compétition ; cette fois, c'est la bonne ?
A cette heure, Cronenberg mériterait la plus haute marche, tant son film projeté en première de presse mardi soir est enthousiasmant. On assiste là au retour du vrai Cronenberg qui s'était quelque peu éloigné de ses thèmes de prédilections, inventés par une filmographie d'une rare cohérence.  "A History of Violence", "Les Promesses de l'ombre", "A Dangerous Method" sont de beaux films. Mais "Cosmopolis" (en compétition à Cannes en 2012) en avait laissé plus d'un sur le bord de la route. Le Canadien semblait s'être détourné de sa patte unique. Elle revient en grande force avec "Maps to the Stars", où réapparaît en puissance le thème de la "nouvelle chair" conductrice de tout son œuvre, une folie labyrinthique démesurée à la "Crash", une violence psychologique et visuelle uniques, adaptée au microcosme hollywoodien. Sublime.
John Cusak, Olivia Williams et David Cronenberg sur le tournage de "Maps to the Stars" de David Cronenberg
 (Entertainment One)
Deuxième film en compétition : "Foxcatcher" du talentueux Bennett Miller. Comme dans son film précédent, "Le Stratège", avec Brad Pitt, sur l'univers du baseball, son nouveau film revisite l'univers du sport, avec à la clé un fait divers sordide.
Le film fait écho à la tristement célèbre histoire du millionnaire John Du Pont, inculpé pour le meurtre de l'ancien champion olympique de lutte David Schultz en 1996. David Schultz, entraîneur de la Team Foxcatcher, habitait sur le domaine de John Du Pont qui finançait les entraînements de dix-sept autres lutteurs amateurs. Le caractériel magnat est interprété par Steve Carell, Channing Tatum et Mark Ruffalo complétant le casting.
Steve Carell et Channing Tatum dans "Foxcatcher" de Bennett Miller
 (Mars Distribution)
A cette heure, donc à la mi-temps du Festival, les titres les plus cités ayant une chance d'arriver au sprint final sont, dans l'ordre : "Sommeil d'hiver" du Turc Nuri Bilge Ceylan, "Timbuktu" du Mauritanien Abderrahmane Sissako, le déjanté "Les Nouveaux sauvages" de l'Argentin Damian Szifron et "The Homesman" de l'Américain Tommy Lee Jones. Quant aux autres, advienne que pourra ! Mais il reste encore beaucoup à voir : le film des frères Dardenne, le Godard, le Assayas, le Loach, le Dolan, le Hazanavicius, ,.. Mais Cronenberg marque le tournant de ce 67e Festival en plaçant la barre très haut. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Cinéma

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.