Après 100 jours de fermeture, le Forum des images a dévoilé une programmation stimulante pour la saison à venir

Fabien Gaffez, le directeur des programmes du Forum des Images, a passé en revue les grands rendez-vous de la saison 2020/2021, rouvrant ainsi ce lieu cinéphile fermé depuis trois mois. Jusqu'au 26 juillet 35 films en 35mm sont à l'affiche.  

L\'institution cinéphile située au coeur de Paris, a rouvert avec un programme de 35 films en 35mm à voir jusqu\'au 26 juillet, avant une saison 2020/2021 qui s\'annonce très riche.
L'institution cinéphile située au coeur de Paris, a rouvert avec un programme de 35 films en 35mm à voir jusqu'au 26 juillet, avant une saison 2020/2021 qui s'annonce très riche. (BRUNO LEVESQUE / MAXPPP)

La salle est très clairsemée mais les quelques spectateurs démasqués ont le sourire. Le Forum des Images se déconfine après cent jours de fermeture, un soulagement pour les organisateurs, "Vous nous avez manqués !", insiste Marc Tessier et Claude Farge, respectivement président et directeur général de de ce lieu incontournable de la cinéphilie parisienne. Mais après un quart d'heure de remerciements et de courtoisies, Fabien Gaffez, le programmateur depuis 2012 de cet espace de 6000 m2, prend la parole, et ça dépote. Dans un remarquable discours, cet ancien prof de cinéma à l'Université de Picardie annonce la couleur : "Cette programmation sera une déclaration d'amour fiévreuse au cinéma, fiévreuse mais Covidproof ".  

La frise colorée de la saison 2020/2021 s'affiche sur l'écran de la salle, et donne le tournis. Sourire aux lèvres, un brin excité, Fabien Gaffez présente les six cycles et huit festivals de sa programmation. Sans oublier les rendez-vous ponctuels, comme les cours de cinéma gratuits ou les soirées documentaires. Le monde d'après, au Forum des images, porte donc toujours haut le 7e art. Et tout le monde s'y retrouve d'ailleurs, y compris les enfants avec leurs mercredis et dimanches après-midi attitrés. "Après avoir confinés nos coeurs, n'avons-nous pas besoin de grands sentiments ?", la question rhétorique du tribun-programmateur sert d'exergue à son programme.

Six cycles, du mélo au western

En attente pour cause de virus, le cycle Tant qu'il y aura du mélo est reprogrammé et ouvre la nouvelle saison, du 30 septembre au 13 novembre. 75 films, de toutes époques, de tous pays, de Eastwood à Dolan, de Bergman à Campion, où les tragiques destinées humaines seront au centre des préoccupations. Celles-ci laisseront place ensuite à un intermède constitué de films en 35mm projetés pendant cinq jours, du 25 au 29 novembre. Soit une dizaine d'oeuvres filmées avec les fameuses bobines : de La naissance de l'amour de Phiippe Garrel, à Une femme est un femme de Jean-Luc Godard. 

Résiliente, la drôle d'année 2020 se terminera en musique, avec le cycle Ciné! Pop! Wizz! du 2 décembre au 3 janvier. C'est la seconde édition de ce cycle au Forum des Images. Au programme cette fois : du punk, du biopic musical et un hommage au compositeur Michel Magne (auteur notamment de la musique de la série des Angélique, et de la trilogie Fantomas). 

Mais le cycle le plus alléchant est sans doutes celui programmé par Christophe Honoré du 6 janvier au 28 février. Intitulé ABCD Honoré, comprendre Amour Bretagne Critique Désir Honoré, ce cycle est entièrement conçu de A à Z par l'auteur des Chansons d'amour. Celui-ci a envoyé au Forum des Images une bande-annonce pour l'occasion. Un défilement de multiples noms de cinéastes nous donne un aperçu des sept semaines au coeur de sa cinémathèque intérieure : Vecchiali, Pialat, Demy, Truffaut, Rohmer... On a hâte !

Le réalisateur Christophe Honoré a entièrement conçu le cycle \"ABCD Honoré\", du 6 janvier au 28 février 2021 au Forum des Images
Le réalisateur Christophe Honoré a entièrement conçu le cycle "ABCD Honoré", du 6 janvier au 28 février 2021 au Forum des Images (ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP)

Tigritudes est le cinquième cycle annoncé. Porté par les réalisatrices Dyana Gaye et Valérie Osouf du 3 mars au 2 mai, il mettra à l'honneur 66 ans de cinématographie africaine au cours de 66 séances, un film par année en somme. Un programme qui s'inscrit dans la saison culturelle Africa2020 qui est prévue partout en France. Au Forum des Images, elle sera complétée par deux masterclasses et six cours de cinéma.

La saison se terminera avec Les fantômes du western, cycle qui reviendra sur ce genre qui hante encore les films contemporains. Des productions européennes aux déclinaisons russes ou asiatiques, ces deux mois seront entièrement consacrés à l'écho puissant du western dans le cinéma d'aujourd'hui. 

Festivals et rendez-vous

Huit festivals sur dix mois...  On peut dire que la crise sanitaire ne semble pas avoir eu raison du dynamisme du lieu. L'étrange festival donnera l'impulsion de la nouvelle saison, du 2 au 13 septembre. Étonnants, atypiques, bizarres, ce festival sera le reflet des films en marge de la production cinématographique mondiale.

S'ensuivront Bédérama, dédié au 7e art et à la bande-dessinée, de retour pour sa deuxième édition du 17 au 20 septembre, puis NewImagesFestival 2020, initialement prévu en juin dernier, un festival autour du numérique artistique et qui reviendra en juin pour son édition 2021. Du 13 au 22 novembre, la 12e édition de Un état du monde s'interrogera quant à lui aux questions de société à travers la création, avec le cinéaste Nadav Lapid et l'écrivain Jonathan Coe comme invités.

Les amateurs d'animation ne seront pas en reste puisque le Carrefour du cinéma d'animation, du 9 au 13 décembre, proposera une sélection de long et courts-métrages français, avec un cadavre exquis animé fabriqué sous les yeux du public par cinquante étudiants d'écoles d'animation, sous la houlette de la réalisatrice Florence Miailhe. Si l'on ajoute le Drôle de festival en avril, consacré à l'humour, et la Colo pour cinéphage en juillet prochain, le programme est rassasiant. 

Des festivals, mais aussi des reprises de palmarès, Angers, Annecy, ou encore la Quinzaine de Cannes par exemple. Bref, le Forum des Images semble avoir tout donné pour que 2021 ne ressemble pas à 2020. Et sur le papier, c'est déjà une réussite.