"Alain Delon n'a rien perdu de sa lucidité, mais est physiquement diminué", d'après son avocat

"Alain Delon est lucide, contrairement à ce qu'avancent ses fils, et n'est diminué que physiquement", déclare l'avocat de l'acteur Christophe Ayela dans un entretien publié lundi dans "Le Parisien".
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min
Alain-Fabien Delon (G), Anouchka Delon (C) et Anthony Delon (D), 2024, 2022, 2023. (IAN LANGSDON / AFP)

"Alain Delon n'a pas perdu sa lucidité, comme l'affirment ses fils, il n'est que physiquement diminué", déclare son avocat Christophe Ayela dans un entretien au Parisien publié lundi. L'avocat réagissait à la demande d'une tutelle formulée par son fils Anthony, soutenu par un autre fils, Alain-Fabien.

"Je ne suis pas d'accord avec ses fils, qui veulent le mettre sous tutelle. Cela me semble inutile et vexatoire", a estimé l'avocat de l'acteur de 88 ans. "J'affirme qu'il est toujours très cohérent. Alain Delon est certes diminué, mais il est encore avec nous". Il a réfuté l'argument selon lequel un médecin aurait constaté une "abolition du discernement" de la star : "Ce médecin n'est pas un expert. Il a dû tomber sur un jour où il n'était pas en forme et il l'a sans doute éconduit".

Un traitement arrêté

Un autre médecin mandaté par le parquet de Montargis, Alain Delon résidant à Douchy (Loiret), doit prochainement évaluer son état de santé. Une mesure de protection judiciaire pourrait ensuite être décidée. Me Ayela a dit espérer que ce médecin recommanderait la reprise d'un traitement médical dont son client ne bénéficie plus, et que la fille d'Alain Delon, Anouchka, réclame avec insistance. "Je trouve ça inconcevable et choquant que ses fils aient arrêté son traitement sans avis médical", a-t-il souligné.

Anthony Delon a de son côté affirmé, dans un entretien publié dimanche par le quotidien suisse Le Matin, que son père n'était pas laissé sans soins. "Il est suivi ici à Douchy par un médecin extrêmement compétent" et "nous disposons aussi en France de spécialistes reconnus", a-t-il avancé. "Un des traitements qui lui étaient administrés, expérimental, a été stoppé l'été dernier, cela en accord avec mon père, mon frère et ma sœur. Parce qu'il ne supportait plus ce traitement-là, et que cet acharnement menaçait en réalité de le tuer", selon Anthony Delon.

Discernement aboli

Ce dernier a salué l'expertise médicale à venir, qui d'après lui "va permettre de protéger [son] père, de confirmer ce que les cinq tests réalisés depuis 2019 ont dévoilé, et d'entériner ce que le procureur de la République a annoncé, c'est-à-dire que son discernement est aboli".

Depuis début janvier, les trois enfants de la star se mènent une guerre fratricide en jurant chacun défendre au mieux les intérêts de leur père. Anouchka Delon appelle à le faire soigner en Suisse, où elle réside, tandis qu'Anthony et Alain-Fabien disent respecter la volonté de leur père de finir ses jours dans sa propriété de Douchy.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.