Harcèlement sexuel : les victimes témoignent en masse sur internet

L'affaire Harvey Weinstein a dépassé les frontières. En France, des milliers de femmes ont décidé de prendre la parole et de dénoncer le harcèlement sexuel, par le biais des réseaux sociaux.

Voir la vidéo
FRANCE 2

Une déferlante sur les réseaux sociaux en 48 heures seulement. Avec le hashtag #BalanceTonPorc, des personnalités ou des anonymes racontent les scènes de harcèlement dont elles ont été victimes dans leur quotidien. Ce matin, c'est Isabelle Adjani qui publie une tribune dans la presse pour parler du monde du cinéma français. "Pour la plupart des gens, si une actrice doit coucher pour y arriver, ça reste naturel, voire normal, selon l'idée qu'il faut bien donner un peu de soi quand on veut obtenir beaucoup", peut-on lire.

Beaucoup ne portent pas plainte de peur d'anéantir leur carrière

Pour briser l'omerta, cette comédienne moins célèbre a voulu nous livrer son témoignage anonymement. Un jour, un réalisateur a abusé de sa position pour la violer. "Il m'a dit : 'Je pense que tu auras certainement le rôle', et il a voulu qu'on fête ça en me proposant de l'alcool, que je n'ai pas voulu au début. Et il m'a dit 'Si tu veux qu'on travaille ensemble, tu dois me faire confiance'", raconte-t-elle. La peur de freiner, voire d'anéantir sa carrière, l'empêchera de porter plainte immédiatement après les faits. C'est ce que confient toutes les femmes victimes de harcèlement au travail.

Le JT
Les autres sujets du JT
Jack Dorsey, fondateur de Twitter, a annoncé de nouvelles règles sur le réseau social, le 14 octobre 2017.
Jack Dorsey, fondateur de Twitter, a annoncé de nouvelles règles sur le réseau social, le 14 octobre 2017. (DAMIEN MEYER / AFP)