Bordeaux : les danseurs de l'opéra menacent de faire grève

Le ballet de l'opéra de Bordeaux a déposé un préavis de grève pour la soirée de jeudi pour dénoncer, notamment, la durée des contrats à durée déterminée.

L\'opéra de Bordeaux, le 5 avril 2013. (Photo d\'illustration)
L'opéra de Bordeaux, le 5 avril 2013. (Photo d'illustration) (MAXPPP)

Le ballet de l'opéra de Bordeaux a déposé un préavis de grève pour la soirée de jeudi 30 mars. Probablement le point d'orgue d'une crise qui couve depuis la fin de l'année dernière, rapporte mercredi France Bleu Gironde. Le 30 décembre dernier déjà, une représentation avait failli être annulée après le dépôt d'un premier préavis de grève.

Les revendications des danseurs portent sur la durée des contrats à durée déterminée [CDD] proposés en renouvellement à sept d'entre eux. On ne leur propose qu'un an de contrat alors qu'il souhaiteraient en obtenir deux. Ils vivent cela comme une injustice, en comparaison des musiciens et des choristes dont les contrats sont renouvelés pour trois ans. Les danseurs dénoncent un traitement différent entre les personnels artistiques de l'opéra.

"Le seul moyen qu'on trouve pour se faire entendre c'est la grève"

"Dire aux danseurs qu'ils n'ont qu'un an (de contrat), ça leur donne envie d'aller voir ailleurs", estime Guillaume Debut, délégué CGT et lui-même danseur. "Ce qu'on tient à affirmer c'est qu'on ne souhaite pas prendre le public en otage, mais quand on se retrouve dans des discussions où l'on ne peut pas faire entendre raison sur nos revendications le seul moyen qu'on trouve pour se faire entendre c'est la grève".

Une grève annoncée jeudi soir alors qu'est programmée la première de Quatre tendances, un spectacle de danse contemporaine. La direction de l'opéra propose, de son côté, aux danseurs d'attendre la fin de la saison, en juin, pour dire s'ils acceptent ou non d'être prolongés.

La colère des danseurs s'explique également par les craintes quant à l'avenir du ballet national.  Ses effectifs pourraient prochainement être réduits et ne plus compter que 32 danseurs contre 39 aujourd'hui.