"La Pirogue" de Franquin s'envole aux enchères pour 337 600 euros, un record pour un dessin de cet auteur

C'est un "record mondial" selon la maison de ventes Artcurial, même si le montant est en-deçà de son estimation 

Recueil Spirou n°49, La Pirogue. Encre de Chine, crayon bleu et mine de plomb sur papier pour la couverture du Recueil Spirou n°49 publié le 1er avril 1954 aux éditions Dupuis. Dessin sur papier contrecollé sur carton.
Recueil Spirou n°49, La Pirogue. Encre de Chine, crayon bleu et mine de plomb sur papier pour la couverture du Recueil Spirou n°49 publié le 1er avril 1954 aux éditions Dupuis. Dessin sur papier contrecollé sur carton. (ARTCURIAL)

Une planche de l'auteur belge André Franquin (Spirou), intitulée La pirogue, s'est envolée aux enchères à 337.600 euros, samedi 27 juin à Paris, un "record mondial" mais en-deçà de son estimation, a annoncé la maison Artcurial dans un communiqué.

Recueil Spirou n°49, La Pirogue. Encre de Chine, crayon bleu et mine de plomb sur papier pour la couverture du Recueil Spirou n°49 publié le 1er avril 1954 aux éditions Dupuis. Dessin sur papier contrecollé sur carton.
Recueil Spirou n°49, La Pirogue. Encre de Chine, crayon bleu et mine de plomb sur papier pour la couverture du Recueil Spirou n°49 publié le 1er avril 1954 aux éditions Dupuis. Dessin sur papier contrecollé sur carton. (ARTCURIAL)

Record mondial

Estimée entre 350.000 et 450.000 euros, ce dessin (37,5 cm x 28,5 cm) à l'encre de Chine a été réalisé pour la couverture du 49e album du Journal de Spirou, publié en avril 1954. On peut y apercevoir le Marsupilami, cet animal énigmatique et espiègle issu de l'imaginaire de Franquin, suspendu à une liane, espionnant Spirou et Fantasio partis à sa recherche sur une pirogue au coeur de la forêt vierge de Palombie.

Cette planche, qui a "battu un nouveau record mondial aux enchères pour une planche de Franquin", était le clou de cette séance consacrée à de grands noms de la bande dessinée, avec plus de 300 lots proposés.

Deux dessins d'Hergé parmi les autres lots

La vente a totalisé 1,4 million d'euros (frais inclus). Parmi ces lots, une poétique planche à quatre mains imaginée par Franquin et Gotlib et dessinée par Franquin, tirée du Tome 1 d'Idées Noires, album d'humour noir et de satire sociale (1981), a changé de mains à 117.000 euros, au-delà de son estimation. 

HERGÉ (Georges Remi dit) : Le Sceptre d’Ottokar. Encre de Chine, crayon bleu, gouache correctrice et mine de plomb sur papier contrecollé sur carton pour la couverture du journal Le Petit Vingtième publié le 1er décembre 1938.
HERGÉ (Georges Remi dit) : Le Sceptre d’Ottokar. Encre de Chine, crayon bleu, gouache correctrice et mine de plomb sur papier contrecollé sur carton pour la couverture du journal Le Petit Vingtième publié le 1er décembre 1938. (ARTCURIAL)

Une illustration (22 X 22 cm) signée Hergé du Sceptre d'Ottokar, huitième album des aventures de Tintin, a été adjugée à 306.600 euros. Estimée entre 250.000 et 350.000 euros, elle montre Tintin à son arrivée à Prague, accompagné de son fidèle compagnon Milou, trébuchant à la sortie de l'avion et se rattrapant de justesse à la barbe du mystérieux docteur Halambique, marquant le début des tumultueuses aventures du jeune détective au royaume du Pélican noir.

Un autre dessin des Hergé Studios, L'île noire, a crée la surprise, le marteau tombant à 39.000 euros, soit 39 fois son estimation. Une illustration (37 x 55 cm) en couleurs du légendaire Lucky Luke et Jolly Jumper par le Belge Morris, a doublé son estimation à 10.700 euros, tandis que le célèbre dessin humoristique du français Jean-Jacques Sempé Y a-t-il un médecin dans la salle ?, sur les dangers du métier d'acteur (1964), a été acquis pour 18.200 euros.

Jean-Claude MÉZIÈRES Valérian - Tome 17 \"L\'Orphelin des astres\" Gouache et encre de Chine pour la couverture de cet album publié en 1998 aux éditions Dargaud.
Jean-Claude MÉZIÈRES Valérian - Tome 17 "L'Orphelin des astres" Gouache et encre de Chine pour la couverture de cet album publié en 1998 aux éditions Dargaud. (ARTCURIAL)

La vente a aussi mis en lumière l'univers cosmique de Valérian par Jean-Claude Mézières, dont la gouache et encre de Chine pour la couverture de L'orphelin des astres a été adjugée 45.500 euros. En revanche, une gouache d'Albert Uderzo, disparu durant le confinement, montrant Astérix et Obélix, réalisée pour la couverture de l'album à colorier Punch, édité en 1966, n'a pas trouvé preneur.