Gaston Lagaffe pourra renaître à condition qu'Isabelle Franquin, la fille de son créateur, donne son accord

Isabelle Franquin, la fille de Franquin, avait contesté la publication d'un nouvel album de Gaston Lagaffe. Un arbitrage privé a autorisé la renaissance du célèbre personnage créé par son père, à condition quelle donne son accord.
Article rédigé par franceinfo Culture avec AFP
France Télévisions - Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 2 min
Gaston Lagaffe au Salon du livre de la jeunesse de Montreuil 2006 (Christophe Morin / IP3 / MAXPPP)

L'éditeur Dupuis peut faire renaître Gaston Lagaffe mais à condition de consulter la fille du dessinateur Franquin, autorisée à émettre des objections sur un tel projet, a tranché mardi un arbitrage privé sollicité par les deux parties dans ce litige juridique.

"Le principe d'une résurrection de Gaston est licite mais Dupuis et Dargaud-Lombard n'ont pas respecté le processus contractuel d'approbation et Isabelle Franquin a toujours le droit de faire valoir ses observations", ont indiqué mardi soir les avocats de celle-ci en annonçant la décision.

En mars 2022, au festival d'Angoulême (France), Dupuis avait créé l'événement dans le monde de la BD franco-belge en annonçant la sortie prochaine d'un nouvel épisode des aventures de Gaston Lagaffe, un nouvel album intitulé Le Retour de Lagaffe, sous le crayon du dessinateur canadien Marc Delafontaine (alias Delaf).

La parution de l'album "Le Retour de Lagaffe" suspendue en 2022

Mais c'était sans compter la pugnacité d'Isabelle Franquin, fille et unique ayant droit du dessinateur André Franquin décédé en 1997. Refusant que le personnage star de son père revive sous les traits d'un autre dessinateur, cette dernière a saisi la justice en Belgique. Elle a d'abord obtenu, dans le cadre d'une action en référé il y a un an, la suspension de la parution du Retour, initialement prévue en octobre 2022.

De fait Dupuis s'est engagé à ne pas publier de nouvel album avant au plus tôt 2023, le temps que le litige soit tranché sur le fond par un arbitrage privé, en l'occurrence un avocat bruxellois choisi par les deux parties.

Les éditions Dupuis estiment être propriétaires des droits patrimoniaux sur les personnages de Franquin, via le rachat en 2013 de la société Marsu Productions avec laquelle le créateur de Lagaffe avait conclu un accord de cession en 1992.

Tout refus doit être motivé par des motifs éthiques ou artistiques

De son côté Isabelle Franquin a fait valoir que son père lui-même "ne voulait en aucun cas que Gaston Lagaffe soit repris par un autre dessinateur après sa mort". C'est "un droit moral inaliénable" qu'elle peut exercer, avait insisté en mai 2022 son avocate Martine Berwette.

En définitive, l'arbitrage, une procédure qui n'est pas susceptible d'appel, conclut que Lagaffe peur renaître "à condition de solliciter l'approbation préalable d'Isabelle Franquin selon les formes prévues dans un contrat conclu entre parties en 2016".

"Le projet de Gaston par Delaf n'a pas été approuvé par Isabelle Franquin" et "le droit moral" qu'exerce cette dernière "ressort intact", est-il stipulé. "Son accord est indispensable pour toute nouvelle création, en ce compris sur le choix de l'auteur", insiste l'arbitre d'après le communiqué, qui précise que "tout refus de sa part doit être justifié par des motifs éthiques ou artistiques".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.